La première phase qualificative au niveau de la poule L (zone Afrique) et comptant pour la compétition subzonale se résumera-t-elle à des duels Seychelles/Maurice ? Alors que la délégation mauricienne mettra le cap sur l’archipel aujourd’hui en fin d’après-midi, la participation de Madagascar demeure toujours en suspens, alors que les Comores ont définitivement déclaré forfait. Reste à déterminer la formule de la compétition en cas de participation de deux pays uniquement.
Fort du soutien de leur public au Palais des Sports de Roche-Caïman, les sélections des Seychelles partiront avec l’étendard de favorites. D’ailleurs, les victoires des sélections mauriciennes aux dépens de celles des Seychelles au cours de la dernière décennie ne sont pas légion. La dernière confrontation au niveau féminin a toujours un goût amer pour l’actuel entraîneur national, Lindsay Wilson, également aux commandes lors des Jeux des îles de 2007. « C’était lors de la demi-finale. Au cours du tie-break, nous avions pris une avance confortable de 8-3 au changement de côté et nous avions même une balle de match à 14-13. Toutefois, nous n’avons pu obtenir ce point qui nous aurait permis de disputer la finale et nous nous sommes inclinés 14-16 », regrette-t-il. Au sein de cette sélection qui n’avait finalement pu atteindre le podium demeure une unique rescapée, à savoir Nathalie Létendrie, actuellement capitaine du groupe.
Avec l’indisponibilité pour raisons diverses de quelques joueuses d’expérience, telles que Martine Bistoquet, Maïta Cousin, Heidy Bauda ou encore Lucy Latour, l’entraîneur national a privilégié la carte jeunesse. Hormis Nathalie Léetendrie et Stéphanie Duval, les dix autres joueuses retenues sont âgées de moins de 25 ans. Reste que Lindsay Wilson demeure confiant dans le potentiel de ses protégées. « Malgré le nombre limité de séances d’entraînement, soit six, le groupe s’est soudé très rapidement. À mon avis, c’est un groupe compétitif au sein duquel les joueuses se battent pour essayer de se retrouver dans le six initial. »
Toujours est-il qu’il affiche quelques appréhensions. « Nous partons quelque peu dans l’inconnu. Le fait que quelques joueurs seront à leur première expérience internationale laisse planer quelques doutes. Comment réagiront-elles devant un public étranger et seront-elles complexées ? Certes, la sélection seychelloise sera favorite devant son public, mais nous pouvons quand même nous attendre à tout. »
Confiance
Afin d’aborder cette échéance dans de bonnes conditions, la sélection féminine a livré deux matches d’entraînement contre une équipe comprenant quelques joueuses de la cuvée de 2007 dimanche dernier et contre l’équipe masculine de 2A Mangalkhan VBC hier soir. Même si la qualification est assurée pour le deuxième tour, il n’en demeure pas moins que la partie ne s’annonce guère de tout repos pour les Mauriciennes. La sélection seychelloise, placée sous la férule de Nicol Lespérance, a battu le rappel de ses troupes. C’est ainsi que Nathalie Agnès, qui évolue en France, sera de la partie. Tel ne sera pas le cas pour la puissante attaquante Marielle Bonne, actuellement blessée.
Du côté masculin, les derniers duels ont tourné à l’avantage des Seychellois, notamment aux Jeux des îles de 2003 et ceux de 2011. Lors de cette dernière édition, Maurice s’était inclinée au tie-break à l’issue d’une farouche bataille. Cette fois, la confiance a été placée en Melchior Miniopoo, qui aura à coeur de relever ce premier défi. « Certes, nous n’aborderons pas cette compétition dans les meilleures conditions et nous partons dans l’inconnu. Peu importe, nous devrons y aller pour nous battre. » Une motivation et une confiance que le médaillé d’or des JIOI de 1990 a su transmettre à une sélection forte d’un amalgame jeunes-anciens. Les expérimentés Gilbert Alfred, Gino Sophie et Stéphane Moonisamy auront donc à encadrer et encourager des jeunes éléments, dont certains en seront à leur baptême du feu au niveau de la sélection.
Hormis l’absence de soutien du ministère de la Jeunesse et des Sports, la sélection a connu quelques pépins au niveau des passeurs. Jason Laverdure à l’étranger, Nicolas Laurette pris par ses obligations professionnelles, Melchior Miniopoo se devait de trouver un élément à ce poste où Ashwin Ramkhelawon sera sans doute le titulaire. Son choix s’est finalement porté sur Stéphane Toussaint au détriment d’Ashley Sandika. Ce problème résolu, l’entraîneur national s’attend désormais à des lendemains meilleurs. « La sélection a connu une certaine progression. Beaucoup de travail reste certes à être effectué, mais je demeure persuadé que nous serons encore plus compétitifs au prochain tour. Et ce, sans oublier que ce travail de longue haleine nous conduira jusqu’aux prochains Jeux des îles. »
Du côté des Seychelles, dont la dernière défaite face à Maurice remonte à 2001, les expatriés ont répondu à l’appel. C’est ainsi que Rodney Ah-Kong, Ricky Vel et Ian Furneau feront valoir leur potentiel au sein d’une sélection qui avait décroché l’or devant son public aux derniers Jeux des îles. Si la même dynamique demeure au sein de ce groupe, on mesurera alors l’immense tâche des représentants mauriciens.