Qui l’eût cru ? Hier soir au gymnase Pandit Sahadeo, Vacoas, la finale des Play-Offs féminine a vu la victoire surprise de Tranquebar Black Rangers contre les doubles championnes de Maurice en titre et vainqueur du championnat des clubs de la
zone 7, Quatre-Bornes VBC. Les Joanne Lutchmun, Géraldine Élysée et autres Rachel Christine ont fait la différence en quatre manches, l’emportant sur le score de 17-25, 25-19, 25-18, 25-16. Le coach José Bistoquet était ravi de la victoire de ses filles, mais il a tout de même tenu à remercier une personne en particulier.

« C’est avant tout la victoire de ma fille, Martine Bistoquet, qui s’est envolé hier, avec la sélection féminine pour participer à la CAN U20. C’est elle qui a ramené à Tranquebar des joueuses comme Géraldine Élysée, Stéphanie Dauguet, Rachel Christine ou encore Joanne Lutchmun à un moment ou moi-même je n’y croyais plus. Elle nous a insufflé de la confiance. C’est un moment magique pour les habitants de Tranquebar qui attendaient ce titre depuis 2011 », a fait ressortir José Bistoquet qui a remercié le sponsor principal, Investec. Avant de préciser, « Nous avons eu du mal à entrer dans notre match. D’ailleurs, je me suis mis à douter car Angélique Ramdoss, de l’autre côté, faisait de bonnes réceptions. Mais Quatre-Bornes a commencé à baisser en régime et nous en avons profité. La condition physique est notre point fort, et nous avons cru en nos chances jusqu’au bout. Bravo. »

Pour la capitaine, Aurélie Mohungoo-Bouti, ce sacre permet de rêver a de plus grandes choses. « Nous allons profiter pour savourer. Nous nous sommes battus comme des forcenés pour conquérir ce titre. L’équipe est très soudée et nous voulons continuer sur notre lancée. Comme dit l’adage, l’appétit vient en mangeant. Je dédie cette victoire à José et Martine Bistoquet ainsi qu’au Directeur technique national (DTN), Zoran Kovacic qui m’a fait beaucoup progressé. Le meilleur reste à venir », a-t-elle confié, remplie de joie. Pour la petite anecdote, José Bistoquet nous a avoué qu’aucun club de l’élite ne croyait en la sportive Géraldine Élysée. « Elle m’a raconté qu’on ne croyait pas en son potentiel. Qu’elle n’était pas destinée à être volleyeuse. Je l’ai prise sous mon aile et aujourd’hui (ndlr :hier), elle est devenue championne de Maurice, en jouant au poste de central. N’est-ce pas merveilleux? »

QBVC plus expérimenté

Du côté masculin, les garçons ont redoré le blason de la Ville des Fleurs en étant sacré, aux termes du tie-break. Les Evans Sauteur, Cédric Apollon, Éric Louise, Nicolas Laurette et autres Olivier Choyen se sont imposés sur le score de 25-23, 25-23, 19-25, 20-25, 15-6 contre Trou-aux-Biches Sharks, qui était pourtant revenu de l’arrière. Mais cela n’a pas suffi puisque les jaunes et bleus ont été les maîtres de leurs nerfs pour s’imposer. L’entraîneur Veekash Maghun avait prédit un match chaud bouillant, et il n’a pas eu tort. « Je me doutais que cette partie allait se tenir en cinq manches. Trou-aux-Biches est une équipe très accrocheuse. Nous les avons joués à deux reprises et ils nous ont toujours donné du fil à retordre. Nous avons fait preuve de savoir-faire en glanant un sacre qui nous fuyait depuis 2013 ».

Le capitaine Evans Sauteur, figure emblématique du club, accompagné de son fils, Ethan, a admis que c’est l’esprit d’équipe qui a fait la différence. « Nous jouons ensemble depuis longtemps. Nous connaissons nos forces et nos lacunes, et le plus important, c’est que nous ne paniquons pas. Nous nous sommes remis sur les rails au bon moment pour faire la différence. C’est tout ce qui compte. Une finale, ça se gagne », a-t-il conclu. L’on retiendra également que mari et femme ont été sacrés, lors de cette soirée. La capitaine de Tranquebar, Aurélie Mohungoo-Bouti n’est autre que l’épouse de Yannick Bouti, joueur phare du Quatre-Bornes VBC.

Comme quoi un bonheur n’arrive jamais seul…