Volunteer Mauritius, sous l’autorité du ministère de la Jeunesse et des Sports, a mis sur pied un programme de collecte et de distribution de manuels scolaires dans les centres de jeunesse de l’île. Un grand nombre de livres ont été récoltés et des projets de librairies au sein des centres sont en discussion. Mais des problèmes relatifs aux éditions des ouvrages scolaires demandés par les établissements scolaires ont refait surface, car nombre de publications plus au moins récentes seraient obsolètes.
Suivant un appel lancé par voie de presse, de nombreux Mauriciens se sont dirigés dans les centres de jeunesse de l’île pour faire dons de manuels scolaires. Ces ouvrages sont ensuite redistribués à ceux qui n’ont pas les moyens d’en acquérir. « Le système aurait dû être ainsi tout le temps », déclare M. Ramchurn, venu remettre des livres samedi au Centre de Jeunesse de Floréal. Cette initiative de Volunteer Mauritius s’insère dans l’esprit de l’organisme qui veut faire de l’éducation son épine dorsale. « Nous avons eu pour l’heure 500 personnes qui sont venues prendre des manuels scolaires », indique Vel Putchay, directeur au ministère de la Jeunesse et des Sports.
Parmi, beaucoup de parents n’avaient pas les moyens d’acheter ne serait-ce qu’un livre de la liste remise par les établissements scolaires. « Nou pena kas pou pran liv-la, e nou pena kas pou pran sa kantite liv-la », relate Shirley Mitraille, une bénéficiaire de l’opération. Face à cette situation, « beaucoup de parents nous ont soumis leur liste de manuels scolaires et dès que nous recevons les livres, nous les contactons », relate Vel Putchay. Une table disposée au centre de jeunesse de Floréal présente ainsi les listes de livres de nombreux établissements scolaires.
Une solidarité s’est dès lors installée au sein des centres de jeunesse où certains donneurs ont même choisi de sponsoriser des familles, en leur offrant tous les manuels scolaires demandés. « J’ai moi-même une fille qui entame la Form 4 et les manuels scolaires sont onéreux », témoigne Richard St Paul, un des donneurs de livres. « L’idée de “sponsor” est intéressante et devrait toutefois s’étendre à plus que des livres », dit-il. D’autres, comme Hans Aubeeluck, avaient envie de ranger un peu et ont préféré donner leurs livres plutôt que de les jeter.
Cependant, bien des ouvrages donnés ne sont plus utilisés au sein des établissements scolaires. Leurs éditions sont pourtant récentes et aucun changement significatif n’y a été apporté. « À l’époque, nous pouvions transmettre nos manuels scolaires à nos frères et soeurs, confie Vel Putchay, mais désormais ce n’est plus possible. » Beaucoup de parents condamnent ce semblant de business autour de la distribution des manuels scolaires, d’autant que nombre d’entre eux ne sont pas encore disponibles en librairie. « Les livres des nouvelles éditions manquent toujours », soutient à cet effet Dominique Hypolite, venue récupérer des manuels pour ses petits-enfants.
Malgré tout, « l’opération de collecte et de distribution de livre au sein des centres de jeunesse fonctionne plutôt bien », constate Menon Munien, président de Volunteer Mauritius. De nombreux manuels scolaires, des encyclopédies, des romans et autres ouvrages ont été collectés. Des discussions ont été entamées pour d’éventuelles librairies au sein des centres de jeunesse. Face à l’envergure prise par ce projet de Volunteer Mauritius, un bilan sera fait à la fin de janvier, selon Vel Putchay, afin de mieux l’organiser l’année prochaine. Mais déjà, « nous prévoyons de commencer l’opération plus tôt pour 2017 », déclare Menon Munien.
Ceux voulant faire des dons de livres sont priés de le faire au sein des différents centres de jeunesse de l’île, « celui de Floréal étant un peu le quartier général », indique Vel Putchay.