À chaque fois que le nom St-Malo est évoqué à Maurice, les yeux de nombreux compatriotes brillent. Souvenirs et anecdotes se bousculent dans leurs têtes. Ils s’empressent à en raconter quelques-uns rappelant souvent que l’histoire du peuplement de l’île est intrinsèquement liée à celle de La Cité Corsaire. D’ailleurs, le premier gouverneur de l’île à l’époque française, François Mahé de La Bourdonnais en est originaire. Visite de la ville intra-muros.
En arrivant du Mont St Michel qui se trouve à 50 kilomètres à l’est de St-Malo, à la mi-août, vous êtes tout de suite frappé par le brouillard qui enveloppe la ville bretonne. Malgré tout, vous distinguez les remparts de la vieille ville qui fait face à la mer.
Au fur et à mesure que vous vous y approchez, les lignes se dessinent de manière plus précise. Sans vous y attendre, vous vous retrouvez nez à nez avec la statue de Mahé de La Bourdonnais. Elle vous accueille à l’entrée de la ville. Il s’agit d’une réplique exacte de celle qui se trouve à la Place d’Armes, à l’entrée de Port-Louis. Elle a été érigée il y a une dizaine d’années seulement. Le rond point, très fleuri en cette période estivale, sur lequel elle est fixée, porte le nom Rond-point de l’île Maurice.
Un sentiment d’être en terre connue vous gagne. D’autant plus que le climat pluvieux, brumeux et humide, rappelle celui des hauts plateaux de l’île en hiver (la moyenne de température tourne autour de 17°C en cette période) ; la vue des activités portuaires vous ramène en l’espace de quelques secondes à Port-Louis, qui est d’ailleurs jumelée à St-Malo. Son port est le deuxième plus actif en termes de commerce en Bretagne avec les exportations d’engrais et de bois qui sont les plus importantes et l’importation de granit. Aussi, plus d’un million de passagers y transitent tous les ans.
Vous poursuivez votre balade en longeant les remparts de l’extérieur sous la brume pour gagner la porte St-Vincent qui se trouve à côté de l’hôtel de ville. Vous admirez au passage les voiliers qui remplissent la marina représentatifs du goût de voyage des Malouins. D’ailleurs, ne sont-elles pas nombreuses les croisières et les courses de voiles qui sont organisées au départ de Saint-Malo ? Pourquoi pas un jour, une compétition de voiles reliant Saint-Malo à Maurice ? Une activité qui renouerait les liens entre les deux pays.
Une fois le seuil de la grande porte Saint-Vincent franchi, vous découvrez une ville qui grouille de monde — malouins ou touristes — malgré le temps. Les terrasses des cafés et restaurants sont bondées. Un peu plus loin, des artistes sont installés. Démonstrations et ventes de peintures attirent curieux et clients. Les façades de la ville intra-muros vous rappellent les fresques murales du musée mauricien à ciel ouvert, monté l’année dernière à Mahébourg. C’était un projet conjoint des gouvernements français et mauricien pour marquer le bicentenaire de la Bataille du Vieux Grand-Port. Suite au succès qu’il avait connu, le ministère des Arts et de la Culture avait signifié son intention de le pérenniser.
Vous empruntez un de nombreux passages qui vous mènent sur la terrasse en hauteur et qui ceignent les remparts de St-Malo dont le plus ancien date de 12e siècle. Selon l’office du tourisme, c’est la première attraction touristique de cette ville fondée sur un îlot rocheux. Plusieurs millions de touristes visitent la région chaque année. L’industrie touristique est sans doute encore un trait commun que partagent St-Malo et Maurice. Une particularité des remparts de Saint-Malo : « Ils sont posés sans fondation sur le rocher et tiennent par le poids des pierres empilées ». Vous prenez les escaliers qui sont à proximité de la porte-St-Vincent et commencez le tour à partir de votre gauche. D’un côté, vous avez une magnifique vue sur le port, de l’autre sur les rues pavées de la ville. L’aspect architectural de certains bâtiments rappellent les maisons coloniales de Maurice avec des designs particuliers des perrons.
Si le coeur vous en dit, vous pouvez faire le tour des remparts. Au cas contraire, de nombreux escaliers vous permettent de redescendre dans la ville. Ils se situent souvent près des portes d’entrée. Vous pouvez ainsi sortir lorsque vous le souhaitez. En prenant la porte St-Louis et en poursuivant dans la même direction, vous vous retrouvez de nouveau au Rond-point de l’île Maurice. Une petite balade jusqu’à la Cale de la Bourse peut s’avérer très agréable sous la petite pluie et le vent. Cependant, Saint-Malo vivant au gré des marées, il est fortement conseillé de bien se renseigner avant toute sortie surtout lorsque vous choisissez de vous rendre sur les bancs de sable ou sur des rochers à marée basse.
Vous retournez dans la ville. Jusqu’aujourd’hui, elle garde son caractère mythique de la Cité Corsaire avec l’enseigne en fer forgé du Café de la Bourse, qui présente un pirate tenant un sac de trésors, ou encore les objets décoratifs et utilitaires tournant autour de la même thématique, en vente dans les boutiques. Une visite de la ville ne saurait être complète sans une dégustation de la cuisine bretonne avec ses kougnettes au beurre salé, ses galettes à la farine de sarrasin ou une bolée de cidre.
La nuit est tombée depuis plus de deux heures maintenant mais les rues mouillées fourmillent encore de monde. Vous empruntez le chemin du retour. Au passage vous vous arrêtez auprès des musiciens de rue, le temps de vous imprégner une dernière fois de l’atmosphère de ces lieux qui fait partie de la mémoire collective des Mauriciens.
—————————————————————————————————————————————————————