Chengdu. Ce mot est inconnu pour la plupart des Mauriciens. Mais pas pour longtemps. La compagnie d’aviation nationale, Air Mauritius, qui opère depuis le 6 juillet une desserte hebdomadaire vers Chengdu, espère en faire une destination prisée par les Mauriciens. Pour cause, la capitale de la province du Sichuan, située dans le sud-ouest de la Chine, regorge de sites touristiques, les unes plus intéressantes que les autres. Dans cette ville où se mêlent tradition et modernisme, chacun, petits et grands, amoureux ou célibataires, férus d’histoire et de tradition, ou “geek”, trouvera son compte. Voyage à la découverte d’une mégalopole en mouvement de 14 millions d’habitants, couronnée de succès et de charmes.
Le plus grand bâtiment du monde
À Chengdu, le brouillard et la brume sont légion. La pollution y est omniprésente. Mais, au travers, se dessinent et se succèdent des tours, des gratte-ciel de verre et d’acier et autres immeubles. Devenue la référence du sud-ouest de la Chine, Chengdu ne ménage pas ses efforts pour montrer qu’elle a sa place dans l’essor économique et industriel des grandes puissances chinoises. Une image illustrée et façonnée dans et par le gigantesque Global Center, le plus grand bâtiment du monde. La démesure de cette structure occupant l’équivalent de 28 terrains de football juxtaposés est à la taille des ambitions de la ville. Le Global Center, comme son nom l’indique, est composé de toutes les fonctions de la ville moderne — une “smart city”, regroupant sous son toit des surfaces de bureaux, des salles de conférence, un complexe monumental destiné aux magasins d’articles haut de gamme, deux hôtels cinq étoiles, un cinéma Imax, une patinoire pour les enfants, etc. L’attraction centrale du bâtiment est sans conteste, ce “bord de mer” composé d’une plage artificielle de sable couvrant plus de 5000 m?, dotée de titanesques toboggans et d’un espace de promenade sous une gigantesque verrière.
Si le Global Centre est le symbole du bouleversement de Chengdu, la mégalopole prévoit aussi de s’imposer comme la nouvelle Silicon Valley mondiale. Le développement industriel à Chengdu se décline d’ailleurs en plusieurs zones de développement industriel s’appuyant sur divers secteurs importants, dont la technologie. De grandes entreprises ont déjà posé leurs valises dans le parc High Tech de Tianfu :
un site entièrement dédié à la recherche et à l’innovation.
Rues commer-ciales, allées larges et étroites
Au-delà du modernisme, la ville de Chengdu, dont la population est composée majoritaire de jeunes diplômés, a su garder son côté traditionnel relevant de la notoriété de Chengdu qui remonte bien loin dans l’histoire de Chine. La capitale du Sichuan possède une histoire passionnante et une riche culture immortalisées dans nombreux de ses sites touristiques qui ne manquent pas de rappeler le charme de cette province réputée pour ses rues commerciales, mais aussi ses allées larges et étroites, locales et authentiques.
La rue commerciale la plus réputée est celle de Jinli, située dans le centre-ville. Il s’agit de l’une des rues plus anciennes et plus animées de l’histoire de la province où le charme unique des moeurs et coutumes du Sichuan est pleinement illustré par les maisons du thé, les auberges, les bars, la scène culturelle, l’artisanat, et les diverses spécialités de rue qui constituent l’essence de la vie à Chengdu.
Cependant, les allées larges et étroites de Kuan & Zhai n’ont rien à envier à la rue Jinli. Ces deux anciennes ruelles restituent elles, l’architecture des anciens styles Ming (1368-1644) et Qing (1644-1911) et représentent les versions écourtées de Chengdu, combinant l’histoire et les changements actuels. Une visite dans ces ruelles permet aux visiteurs d’y découvrir la vie tranquille et confortable de cette ville grâce aux hôtels raffinés, aux restaurants uniques aux styles folkloriques, aux salons de thé traditionnels, et aux auberges typiques. Mais de la cuisine la plus authentique du Sichuan aux restaurants occidentaux, les rues Kuan & Zhai abordent dans leurs ruelles parallèles, un atmosphère ultra-moderne et internationale où l’on retrouve également les restaurants d’outremers, allant du japonais, à l’italien, en passant par les plats américains.