Dans le cadre du plan de retraite volontaire VRS 2, des titres de propriété ont été remis à 252 ex-employés du Rose-Belle Sugar Estate Board (RBSB). C’était lors d’une cérémonie jeudi en présence des ministres Satish Faugoo (Agro-industrie), Arvin Boolell (Affaires étrangères) et Sutyadeo Moutia (Fonction publique).
Lors de son intervention, Satish Faugoo a rappelé aux bénéficiaires du VRS 2 qu’ils ont pu obtenir leurs titres de propriété deux ans seulement après le tirage au sort qui avait été effectué le 6 décembre 2010. Des 252 bénéficiaires, 133 ont obtenu leurs lopins de terre à Rose-Belle et 119 à Union Park. Ces deux morcellements couvrent une superficie de 28 arpents et 76 perches. Les coûts des travaux d’infrastructures sur des deux morcellements se chiffrent à Rs 70 millions. Les compensations, déjà payées aux bénéficiaires, s’élèvent à Rs 100 M. Le ministre a par ailleurs demandé aux bénéficiaires ne pas vendre leurs terres, de les cultiver ou d’y construire leurs maisons. Au total, Rs 8 milliards ont été payées aux 16 000 ex-employés de l’industrie sucrière sous le VRS et 2 050 arpents de terre leur ont également été alloués.
Le ministre a également parlé de la nécessité d’orienter l’établissement sucrier de Rose-Belle vers la sécurité alimentaire. « Nous avons les rizières de Vita Rice, implantées sur des terres de Rose-Belle. RBSB se lance bientôt dans la culture de pommes de terre et d’ail », a déclaré M. Faugoo. Selon le ministre, alors que Maurice importe 70 % de ses denrées alimentaires et la production locale de lait est passée de 2 % à 12 % au cours de ces cinq dernières années, « Rose-Belle doit devenir une vitrine de l’agro-industrie. Cet établissement a un cachet exceptionnel. »
De son côté, le ministre Arvin Boolell a expliqué que l’accord de Cotonou en 2000, qui constitue un maillon important dans l’industrie sucrière, ne doit pas être ébranlé. Il s’est réjouit que Maurice a obtenu 500 000 tonnes du quota de 1,3 million de tonnes de sucre. Il a soutenu que l’industrie cannière doit être compétitive et miser sur des produits à valeur ajoutée.