Dimanche, les vététistes prendront connaissance des différents parcours qui accueilleront les championnats d’Afrique les 5 et 6 mai prochain. À Yémen, lieu où se déroulera cette compétition tant attendue, une effervescence s’est installée, avec tout un petit monde qui s’est mis en branle afin de mettre toutes ses chances de son côté.
La rencontre de ce dimanche, à un mois de la compétition, s’annonce cruciale pour la suite. Déjà, le délégué technique de l’Union cycliste internationale (UCI) devra soumettre un rapport sur le parcours. « Les parcours sont prêts. Mais s’il faut ajouter, retirer ou ajuster quoi que ce soit, il nous restera un mois », avance Caroline Le Blanc, directrice de l’organisation.
Bien sûr, tout sera fait pour que la journée se passe dans les conditions exactes des championnats d’Afrique. « Tout se met en place petit à petit », confie Caroline Le Blanc. Tout au mieux, les deux parcours seront prêts. C’est la garantie que donne la directrice de l’organisation. « Matthieu Marion s’occupe de la piste de descente, alors que Yannick Lincoln s’est occupé du XCO. »
Le programme de ces deux journées est déjà établi, comme l’a annoncé le comité organisateur lors de la conférence de presse de présentation il y a un mois. Le 3 mai, coureurs et directeurs sportifs seront conviés à un briefing, alors que le lendemain 4 mai sera consacré aux essais de la piste et à tout ce qui touche à la reconnaissance du parcours. Les 5 et 6 mai seront donc des jours de compétition.
Mais au-delà de ce tableau idyllique se pose un problème : la sélection nationale. En effet, en tant que pays organisateur, Maurice a le droit d’inscrire vingt coureurs par catégorie. Mais à valeur du jour, on est encore loin du compte. « En fait, on s’est basé sur les performances lors de la Ligue Snowy pour établir une présélection. Sur le papier, c’est un peu plus compliqué », explique Caroline Le Blanc.
Dimanche dernier, un petit groupe composé de spécialistes de la route et du VTT avait donc fait le déplacement à Yémen pour tester la piste. « On n’a pas eu le response espéré. » Car il faut le reconnaître : Maurice ne présentera pas les meilleurs atouts dans ces championnats continentaux.
Olivier Lecourt (U23), dixième l’année dernière en Afrique du Sud, ne sera pas à Maurice, tout comme Gabriel Mayer (junior). Seuls Sébastien Tyack (junior), Grégory Piat (U23), Yannick Lincoln (senior) et quelques autres semblent en mesure de défendre les couleurs mauriciennes pour le XCO. Ce qui attriste la directrice de l’organisation.
« Ces championnats se dérouleront à Maurice. Ce sera une formidable aventure pour les Mauriciens. Mais je souhaite qu’on ait le nombre de coureurs pour pouvoir aller de l’avant avec une belle sélection », ajoute Caroline Le Blanc.
Pour rappel, Maurice a obtenu l’organisation des championnats d’Afrique à l’issue d’un long quiproquo. Ces championnats, soulignons-le, sont qualificatifs pour les JO de Londres cette année.