Les deux vététistes mauriciens Yannick Lincoln et Aurélie Halbwachs, engagés au Cape Epic en Afrique du Sud, se rapprochent un peu plus du titre. La Team Synergy a fait sienne la quatrième étape au terme de 4h32’09. Les deux vététistes passent un cap important dans leur quête. Il s’agit pour eux de se maintenir en attendant dimanche, où ils seront soit sacrés vainqueurs chez les mixtes, soit sur le podium dans le pire des cas.
Pour en revenir à l’étape d’hier, ils ont devancé les deux Israéliens de Trek-Israël, qui terminent en 4h51’16. L’ASRIN Cycling, avec Nizaam Essa et Christina Kollmann, complètent le podium en 5h03’18. Les deux autres équipes qui complètent le top 5 sont la Orphans MTB Africa de Pablo Rodriguez et Lolita van Aardt en 5h04’34 et Velozine, composée d’Eric Wictor et Hanneke Boon, en 5h07’48. Les poursuivants directs de la Team Synergy, la RECM Mixed de Cherise Stander et Theo Blignaut, ont terminé l’étape d’hier en 5h42’24, soit à plus de 1h10 du duo mauricien.
Au classement général, le duo Lincoln-Halbwachs a désormais son destin en main. Il possède, à la fin de la quatrième étape, une avance de 1h30’33 sur Gal Tsachor
et Idit Shub.
L’autre bonne opération du jour est à mettre au crédit de l’ASRIN Cycling, puisqu’ils grimpent d’une place, passant du quatrième rang au troisième, avec un chrono total de 24h52’17, soit plus de deux heures de retard sur Lincoln et Halbwachs. Orphans MTB Africa réalise aussi un grand coup, puisque Pablo Rodriguez et Lolita Van Aardt sont quatrièmes au classement mixte, après s’être retrouvés dans le milieu du classement. Par contre, les challengers Cherise Stander et Theo Blignaut sont désormais hors course, ce dernier ayant terminé l’étape seul suite à l’abandon de sa coéquipière.
Après une semaine de péripéties, place aujourd’hui à l’étape reine du Cape Epic 2014, qui, selon les organisateurs, sera la plus dure de la course. Et pour cause, 110 km et 2900 m de dénivelé positif. En gros, ça donne ça : 5 km de montée avec une pente estimée à 10 % ! Un petit moment de répit avec une partie bitumée, avant d’affronter les autres parties montantes. Mais après l’effort, le réconfort, puisque les derniers kilomètres seront essentiellement en descente.