Le Mauritius Beachcomber Tour de Vélo Tout Terrain (VTT) a connu son dénouement hier matin avec le sacre de Yannick Lincoln (33 ans). Le spécialiste de la discipline, qui défendra les couleurs du quadricolore nationale aux Jeux Olympiques de Rio (Brésil) au mois d’août prochain, a terminé avec un temps cumulé de 7 heures, 52 minutes et 16 secondes devant de grosses pointures, dont le Sud-Africain Christopher Wolhuter qui a pris la deuxième place en 8h05:31 alors que le jeune et talentueux Alexandre Mayer est venu compléter le podium (8h08:51). Cette compétition s’est tenue sur trois jours, soit jeudi, vendredi et hier dans le Sud-Ouest de l’île.
De grosses pointures étaient attendues pour l’évènement dont le Français Frédéric Ischard, compétiteur multi-sports, qui venait de s’attaquer à la Old Mutual joBerg2c en Afrique du Sud, course de VTT longue de 900 km, à la fois éprouvante et exaltante. Mathieu Desserprit, champion de VTT de La Réunion en 2015 et le Sud-Africain Christopher Wolhuter, l’un des meilleurs spécialistes de la discipline en Afrique du Sud, s’annonçaient également comme de gros challengers à la victoire finale. Du côté mauricien, le meilleur vététiste de l’île, Yannick Lincoln, médaillé d’or au cross-country marathon des Championnats d’Afrique au Lesotho se devait de faire valoir son statut. Ce dernier a mis tout le monde d’accord hier en s’adjugeant la victoire, avec le maillot jaune (premier au classement général sur les épaules). Il a été impérial, faisant preuve de beaucoup de courage et de détermination pour l’emporter, lui qui était constamment sous la menace de Mathieu Desserprit, vainqueur de la 2e étape et Wolhuter (gagnant de la 3e épreuve.
Hier, les coureurs avaient eu droit à une finale en apothéose, sur une distance totale de 55 km qui les ont conduit dans des espaces naturels chargés d’histoire – de celle qui remonte à la colonisation française au XVIIIe siècle. Entre le départ et l’arrivée au ‘Shandrani’, les concurrents sont notamment passés par la forêt de Ferney, les pentes ardues de Camisard, les Champs de Sans-Souci et les pavés du vieux Chemin Français. Les participants ont parcouru une distance totale de 200 km. Pour rappel, le but de Beachcomber, à travers cette grand-messe de VTT, était d’étendre son offre d’évènements sportifs et d’écotourisme, après les deux premières éditions réussies de l’Ultra Trail Raidlight Beachcomber (UTRB) en 2014 et 2015, qui ont attiré le gratin du trail mondial et régional. Cette expertise est d’ailleurs mise à contribution, avec des partenaires spécialisés en VTT dans la préparation du parcours ainsi que l’encadrement technique pour permettre aux participants de goûter aux plaisirs d’une bonne dose d’adrénaline.