La troisième édition du Southern Tropical Challenge, course de vélo tout terrain en binôme se tient du 24 au 27 novembre. Cette année, la course aura un nouveau sponsor titre, en l’occurrence Omnicane qui succède ainsi à la HSBC. Une équipe de 7 personnes se charge de l’organisation qui avance dans le bon sens.
La course débutera avec un prologue d’environ 6,5 km le jeudi 24 novembre dans l’après-midi dans les parages du Domaine de Lagrave. Puis, le lendemain, place à la première étape longue de 65 km qui partira du Domaine de Lagrave pour finir à Eau Bleue après des passages dans le chassé de Merandon, au domaine de l’Etoile, Ferney et la redoutable montée de Camisard. « Il y aura au total de 1000m de dénivelé positif », précise Yannick Lincoln qui a dessiné le parcours.
La deuxième étape sera la plus longue, soit 80 km. Le départ sera une fois de plus donné au Domaine de Lagrave et l’arrivée jugée à Bel Ombre. « Les coureurs longeront la côte sud. Il y aura environ 800m de dénivelé positif. Ce sera l’étape d’endurance par excellence », précise Lincoln.
Lors de l’ultime étape, le dimanche 27, les vététistes resteront autour de Bel Ombre. « Longue de 35 km, ce sera une étape très nerveuse. Les montées et les descentes se succèdent et il y a des portions techniques. Les lieux visités sont retirés et magnifiques », dira Yannick Lincoln. Celui-ci indique qu’il est toujours difficile de dessiner un parcours qui correponde aussi bien aux compétiteurs qu’à ceux qui font du VTT rien que pour le loisir.
Yannick Lincoln se réjouit du fait de pouvoir compter sur une équipe organisationnelle très efficace qui se compose de Jean-Philippe Tyack, Caroline Le Blanc, Xavier Rivalland, Yan de Robillard, Grégory Toulet et Guy L’Espérance. « Nous formons une équipe soudée et nos moyens ont augmenté avec notamment l’apport de nos sponsors, Omnicane en particulier. Nous avons aussi un nouveau partenaire de destination qui est le Domaine de Lagrave qui offre de nombreuses facilités en plus des beaux paysages. Nous avons aussi deux sponsors pour l’eau, Odezile et Valspring. Pour que le VTT garde cette image de sport nature, nous aurons des fontaines d’eau plutôt que des bouteilles en plastique qui pourraient être jetées sur le parcours. Il y a aussi Citysport qui apporte sa contribution ainsi que les Vergers de Labourdonnais et le Domaine de Bel Ombre », explique Lincoln.
Celui-ci explique que cette année, il existe la volonté d’emmener un maximum de personnes sur la course, surtout la famille des participants. « C’est important d’être soutenu par sa famille pendant une course », lâche notre interlocuteur.
Pour Jean-Philippe Tyack qui est également président de la commission VTT de la Fédération mauricienne de Cyclisme (FMC), la course s’annonce sous les meilleurs auspices. « Cela s’annonce positif. Tout est mis en place dans ce but et il y a une bonne équipe d’organisation. Il y a aussi des sponsors qui nous soutiennent pleinement. On a bien départagé les tâches de chacun. Le pré-balisage des étapes a déjà été fait et les demandes d’autorisation pour accéder aux terres privées par lesquelles les participants vont passer. Il y a aussi déjà 42 équipes inscrites et d’autres s’y ajouteront », dira-t-il.
Caroline Le Blanc se chargera surtout du volet administratif. « Je serai présente aux arrivées d’étapes et j’aurai pour mission de compiler les résultats et de les communiquer. Nous sommes à sept au sein de l’équipe d’organisation et nous travaillons depuis quatre mois maintenant pour tout préparer. Cette fois, la participation sera plus nombreuse. Les deux premières années, nous n’avons pas dépassé le chiffre de 35 équipes. Il y aura plus d’étrangers, de Réunionnais notamment. Nous avons donc mis l’accent sur la sécurité. Il y aura, de ce fait, 8 quads sur le tracé pour encadrer les vététistes », confie celle qui occupe le poste d’assistant-secrétaire à la FMC.
La bonne nouvelle pour les organisateurs est que la compagnie Omnicane a déjà confirmé qu’elle sponsorisera la compétition l’année prochaine également. « Cela nous enlève de la pression sur les épaules et nous pourrons commencer à travailler sur l’édition 2012 dès janvier », se réjouit Yannick Lincoln.