Les amoureux du VTT pourront se mettre en jambes dès demain. La première manche de la Epic Sports MTB Series se disputera en effet demain matin au Domaine des Sept Cascades. Au menu de cette première journée, sept courses pour les coureurs des catégories minimes à vétérans. Bien sûr, les distances varieront en fonction de l’âge.
Les plus jeunes de moins de 13 ans seront sur un parcours spécialement dessiné pour eux. Les minimes effectueront une course de 10 km en circuit, tout comme les non-licenciés. Les cadets feront deux tours du circuit (20 km), les juniors, seniors et vétérans, eux, en feront trois (30 km). Et pour cette reprise, les frais d’inscription s’élèvent à Rs 300.
Comme l’année dernière, les leaders aux différents classements seront récompensés par des points. Ainsi, le leader chez les minimes, cadets, junior, seniors et vétérans sera connu après chacune des trois manches. Un leader au général sera également désigné.
La deuxième manche se disputera le 10 février dans les parages du phare d’Albion. Cette année, les organisateurs sont vraiment sortis des sentiers battus pour offrir quelque chose de nouveau au public vététiste. La dernière manche se tiendra le 17 mars. Le lieu n’est pas encore défini. Mais cette dernière manche sera l’occasion de couronner le vainqueur de la version 2013 de l’Epic Sports MTB Series.
L’innovation cette année sera cependant le calendrier sur route. Trois fun rides seront disputées en parallèle avec les classiques de la saison, dont le Grand Prix de l’UCRH en mai, suivi de la Krusty Cup en septembre. Le Mémorial Marc Koenig conclura la série des fun rides en septembre.
« L’Epic Sports Series a pour but de regrouper les amoureux du vélo, de leur donner la possibilité de pratiquer un sport en toute sécurité », déclarait Sébastien Hacques lors de la présentation du calendrier en semaine. Il donnait rendez-vous demain à tous les amoureux de vélo et de la nature. « Nous voulons que cet événement soit familial avant tout. Nous espérons réussir à réunir tout le monde autour du vélo », soulignait encore Sébastien Hacques.