Ils sont sept apprentis descendeurs à avoir appris les rudiments de cette discipline si particulière du VTT. Le lendemain de Noël leur a donc permis de se retrouver à la Colline Candos pour une journée de formation, organisé par l’association Mountain Bike Free Ride (MTB Freeride). La journée était placée sous le signe de la découverte de cette discipline.
« En fait, on repris toute la base », explique Matthieu Marion, membre de l’association et responsable de la journée. Tout ? « Oui, tout. » Donc, pour cette journée, il a fallu apprendre à ces jeunes et moins jeunes à comprendre leur vélo, découvrir la stabilité, les sauts, les virages. « En fait, il a fallu leur montrer comment négocier un virage serré, comment faire un wheely ou un saut », confie Matthieu Marion.
Cette première séance d’initiation et de formation a donc été axée sur la technique. Mais Matthieu Marion a un regret : celui de ne pas avoir eu plus de participants. « Je crois que le temps, un peu gris ce jour-là, ne nous a pas vraiment aidé », explique-t-il.
De plus, pour cette journée de lundi, il a bénéficié de l’aide du Réunionnais Thierry Hoareau. « C’est quelqu’un qui a de l’expérience. Il a déjà fait des manches de Coupe du Monde. Son apport a donc été très précieux », commente Matthieu Marion.
Au cours de cette première journée, les organisateurs ont noté un certain enthousiasme. « C’est bien pour faire développer la discipline », soutient le descendeur.
Alors, pour faire connaître un peu plus cette discipline si particulière du VTT, une autre séance d’initiation se tiendra le 5 janvier prochain. Cette fois, ce sera à Helvétia. « On veut apporter le maximum de formation au maximum de gens. C’est pour cela que nous bougeons. »
Mais attention, toutefois. Il y a certaines conditions à remplir si vous souhaitez vous mettre à la descente. « Il faut être âgé de 13 ans minimum. C’est la première condition », avance Matthieu Marion.
Par contre, il n’y a pas d’âge limite. « Que vous soyez âgés 40 ou 50 ans, ce n’est pas grave. » Il rappelle que cette discipline n’est pas plus dangereuse que les autres. « Pour que la peur s’en aille, il faut pratiquer régulièrement. Le reste viendra avec le temps. » Rendez-vous est donc pris le 5 janvier à Helvétia.