Il était un des plus fervents supporters d’Oliver Lavigilante hier soir. Devant son petit écran, Richard Sunee a vécu à fond le premier combat olympique de celui qu’il a aidé à faire ses premiers pas dans le monde pugilistique à Glen-Park voilà déjà huit ans. Selon l’assistant entraîneur national, son jeune poulain aurait pu aspirer à mieux.
D’emblée, Richard Sunee, qui a également connu la fièvre des Jeux Olympiques à Atlanta en 1996, soulignera que Lavigilante n’a pas à rougir de sa défaite. « Il a fait montre de beaucoup de concentration et de détermination. Oliver a définitivement réussi une honnête prestation pour sa première à un tel niveau. »
La question qui s’impose demeure ce qui lui aura manqué pour forcer la décision en sa faveur. À cela, Richard Sunee rétorque : « A mon avis, il lui aura manqué des combats dans les jambes. De ce fait, il a évolué avec un certain manque de confiance. À l’image de la deuxième reprise qu’il a abordée dans une position d’attentiste. »
Le médaillé d’or des Jeux du Commonwealth de 1998 avance également qu’Oliver Lavigilante n’a pas su imposer sa boxe. « Il avait encore à donner. De plus, quelques fautes de frappe de son adversaire l’ont perturbé. L’arbitre a d’ailleurs averti le Ghanéen en deux occasions. »
Concernant la prestation du Ghanéen, Richard Sunee affirme qu’il est plus mûr que Lavigilante. « Il est également rapide et puissant. Il a su gérer son avance au dernier round et a su contrer la tentative de remontée de Lavigilante. »
À son avis, ce dernier devra vite évacuer cette déception. « C’est effectivement dur de perdre d’entrée après tant de sacrifices encourus et tant d’efforts aux séances d’entraînement. » Et d’ajouter : « Maintenant, tout dépend de lui. Il est encore jeune et peut encore progresser. À lui de croire davantage en ses chances. »