Rajeev Beeharry, ancien Chief Executive Officer de la Mauritius Post and Cooperative Bank (MPCB), et proche de l’ancien Premier ministre Navin Ramgoolam, se trouve dans de sales draps. Une “Objection to Departure”, plus précisément une “Notice on Departure”, a été logée contre lui au Passport and Immigration Office. Cette consigne est accompagnée d’une directive formelle « to impound passport ». Cette information a été confirmée de sources officielles.
Rajeev Beeharry fait actuellement l’objet d’une série de « preliminary probes », que ce soit lors de son passage à la tête de la MPCB, institution bancaire qui a fait la Une de l’actualité ces derniers temps pour les prêts accordés à tour de main et portant sur des centaines de millions de roupies, notamment à Rakesh Gooljaury, patron de Fashion Style et ancien partenaire d’affaires de Nandanee Soornack, en état d’arrestation à Parme en Italie.
D’autre part, Rajeev Beeharry est soupçonné d’avoir fait en début de cette année des transferts bancaires allégués pour un montant de Rs 600 millions. Une partie de cette somme provient de la vente des droits de State Lands à de tierces parties pour des projets hôteliers et de développements fonciers de luxe. L’ancien CEO de MPCB et son épouse, qui est une proche de Navin Ramgoolam, ont bénéficié de l’allocation de plusieurs lopins de terre de l’État dans des zones à haute valeur économique. Leurs noms sont cités dans les enquêtes initiées par le ministère des Terres sur la State Land Saga version Ramgoolam. Affaire à suivre…