En dépit des justifications du Premier ministre, Navin Ramgoolam pour expliquer la hausse de 35 % du tarif d’eau, le Front Commun des Travailleurs sociaux (FCTS) déposera jeudi, une demande d’injonction contre cette hausse en Cour Suprême. Les membres de ce mouvement — qui ont exprimé la frustration des Mauriciens face à cette hausse qu’ils jugent « criminelle » en une telle période où le manque d’eau se fait de plus en plus drastique, à travers une manifestation pacifique dans les rues de Port-Louis, hier — demandent aux abonnés de la Central Water Authority (CWA) de ne pas honorer leur prochaine facture.
Si une poignée de personnes, venant de différentes régions touchées par le problème d’eau, se sont déplacées hier pour participer à la Water Walk organisée par le FCTS en collaboration avec le Kolektif Azir Moris, le nombre ne décourage en rien les organisateurs. Au contraire « enn poignée dimoun kapav fer kikzoz bouzé », disent-ils. D’où leur démarche pour loger ce jeudi, une demande d’injonction en Cour suprême contre la hausse du tarif d’eau qui prend effet ce mois-ci. « Nou combat ce pou tou morisiens. Fodé pa ki ti dimoun paye pou errer bann otorité incompétents », disent-ils. Armés de bouteilles et autres récipients vides, pour illustrer la pénurie d’eau à laquelle fait face les abonnés de la CWA, cette poignée de gens a défilé dans les rues de la capitale au départ du centre Marie Reine de la Paix hier, pour se rendre à la Place d’Armes où les organisateurs ont tour à tour pris la parole pour dénoncer les abus. « Dan enn lépok kot robinet sec, zot pe augment delo », déplorent les membres de ce mouvement. Reprochant au gouvernement de faire la sourde oreille aux problèmes de pauvreté dont fait face la population, Salim Muthy explique que « sa même dimoun bizin desann dan lari ».  Les requêtes du FCTS pour rencontrer le Premier ministre et Rashid Beebeejaun, vice-Premier ministre et ministre des Utilités publiques sont restées lettre morte.
« Gouvernma pena pitié pou ti dimoun. Pou consommaters », estiment les membres du FCTS, déplorant les abus de la CWA, et pointant du doigt la mauvaise gestion de l’organisme. « 40 ans okenn gouvernma pa finn trouv solysyon », disent-ils, s’insurgeant qu’aujourd’hui, « à coz d’une mauvaise planification, les Mauriciens doivent payer plus cher pour une eau qu’ils ne reçoivent pas ». Indiquant avoir été constater de visu la situation à Mare aux Vacoas, ils affirment que la région ne connâit pas le manque d’eau comme veut le faire croire les autorités. « Ce enn fossté de dire ki pena delo lor Plateau Central. Partou autour Mare aux Vacoas ena delo », disent-ils. Et de déplorer que les fuites ou autres détournements de l’eau sur le réseau de Mare aux Vacoas. « L’étude lor l’étude pe fer pou trouv problem la, me nou koné ki se movez planification ek movez gestion ki pli grand problem CWa. Sa mem nou pa gagn delo », soulignent les membres du FCTS. En signe de protestation, ces derniers ont passé la nuit d’hier devant la Place d’Armes. Cette énième manifestation, nommée Occupy Place d’Armes, à l’image des indignés de  Occupy Wall Street, visait à démontrer la volonté des indignés de Maurice contre « la politique dominer gouvernma ». Le FCTS ne compte pas baisser les bras et envisage de loger ce jeudi une demande d’injonction contre la hausse du tarif d’eau. Si les familles ne se sont pas déplacées en grande nombre pour participer à la marche de l’eau hier, le FCTS demandent aux abonnés de la CWA de ne pas honorer leur prochaine facture afin de montrer aux autorités leur indignation.
——————————————————————————————————————————————————
Navin Ramgoolam justifie la hausse du tarif d’eau
Consacrant une large partie de son discours  à la hausse du tarif d’eau, lors du dîner organisé par l’Association des Sociétés Chinoises dans le cadre de la fête du Printemps, vendredi dernier, le Premier ministre, Navin Ramgoolam, a tenu à justifier cette hausse. Une hausse nécessaire, dit-il, afin que la CWA puisse faire des investissements importants pour pouvoir offrir un meilleur service à ses abonnés.
Faisant ressortir que quelque 97 000 abonnés seront exemptés de cette hausse, Navin Ramgoolam souligne qu’avec la hausse, ceux touchés débourseront moins d’un sous par litre  d’eau. Pour le Premier ministre, le prix de l’eau potable à Maurice reste bon marché comparé aux autres pays. Il a profité de l’occasion pour parler des travaux d’infrastructures qui seront entrepris afin d’alimenter le réservoir Mare aux Vacoas. En effet, le Conseil des ministres a approuvé vendredi, une série de nouvelles mesures afin que la CWA puisse approvisionner les régions les plus affectées. Ainsi pour soulager ses abonnés des Plaines Wilhems, la CWA effectuera quotidiennement le transfert de quelque 20 000 mètres cubes d’eau de Midlands Dam à un réservoir de service à Malherbes. Les autorités envisagent aussi le captage de 5 M de m3 d’eau en amont de Tamarind Falls pour être pompés vers la station de traitement de La Marie. Dans le même sillage, une nappe phréatique récemment creusée à Beaux-Songes fournira 5 000 m3 d’eau par jour pour alimenter les régions de Palma, Beaux-Songes et Stanley. L’exploitation d’un deuxième forage est prévue dans la même région. Outre la modernisation du réseau de la région de Upper Mare aux Vacoas et le remplacement de certains tuyaux majeurs, les autorités érigeront également un mur de diversion, sur la Rivière-du-Poste afin de permettre l’exploitation de 10 M m3 d’eau annuellement. Le Conseil des ministres a également donné son aval à l’introduction, à partir de février 2012, d’un Rainwater Harvesting Scheme en vue d’encourager les planteurs et les éleveurs à récupérer l’eau de pluie pour faire face à la pénurie d’eau. Selon ce plan, une subvention de 40%, ne dépassant pas Rs 80 000, sera accordée aux planteurs et éleveurs enregistrés auprès du Small Farmers Welfare Fund.