La direction du Waterpark fait appel à des bouncers pour assurer la sécurité, surtout durant la haute saison. C’est ce qu’a soutenu le Marketing Officer du Waterpark, Seewoolall Satyajeet, qui était appelé à témoigner hier devant la Commission d’enquête instituée pour faire la lumière sur les deux noyades survenues récemment, présidée par la magistrate Shameen Humuth-Laulloo.
Seewoolall Satyajeet a été employé au Waterpark comme Marketing Officer bien qu’il ne possède pas les qualifications requises lors de l’appel à candidatures pour le poste, soit un HSC et un diplôme. Lorsque cet habitant de Morcellement St-André a été recruté il y a deux ans, a-t-il expliqué à la Commission, il ne possédait que le HSC. Il a expliqué à la Commission ne pas être au courant s’il y a des procédures spécifiques lorsque le parc de loisirs accueille des enfants autrement capables. Bien que le Waterpark défende aux visiteurs de manger à l’intérieur du parc – sauf à deux endroits désignés, l’aire de stationnement et le Plaza – les membres de la Commission ont voulu savoir comment un groupe de personnes, en l’occurrence ceux de la sortie de l’école Le Petit Marin, ont pu y consommer librement de la nourriture. Il a expliqué à la Commission qu’un agent de sécurité est normalement chargé de vérifier si les personnes consomment de la nourriture à l’intérieur.
Les deux médecins du SAMU de l’hôpital de Flac qui sont intervenus dans les cas respectifs de Briteney Joomun et de Dylan Dennemont ont également été entendus. Le Dr Sadick Hossen Auleera a affirmé avoir reçu l’appel de détresse à 13 h 46 pour le cas de Dylan. Il est arrivé sur les lieux à 14 h et a vu quelqu’un lui faire le massage cardiaque. La première chose qu’il a faite c’est de vérifier s’il avait des blessures externes, avant d’intuber l’adolescent. Ses voies respiratoires étaient remplies de « liquid and food material ».
Dans le cas de Briteney Joomun, le Dr Sheilendra Patpur a affirmé avoir reçu l’appel à 12 h 30 et être arrivé sur les lieux à 12 h52. Le corps de la fillette était froid et elle avait les pupilles dilatées. Deux personnes se trouvaient près d’elle et tentaient de la réanimer. Il a pris de relais pour poursuivre le massage cardiaque. La fillette n’a pas repris conscience. De l’avis du médecin, tout comme son collègue qui est intervenu pour le cas de Dylan Dennemont, le Waterpark manque d’équipements, surtout de matériels du “succion” pour dégager les voies respiratoires. De son avis, un médecin devrait y être présent vu que le risque d’accidents est important. Aucune ambulance ne serait arrivée à temps vu qu’il faut trois minutes pour sauver une personne de la noyade, a fait comprendre en substance le médecin.
La Chief Nutrionist du ministère de la Santé, Shashee Joganah, a soutenu catégoriquement pour sa part que Dylan Dennemont n’aurait pas dû faire les glissades juste après avoir consommé des pâtes.