Le week-end s’annonce particulièrement chargé pour les cyclistes, qui auront droit à deux courses, assez dures au premier abord. Samedi matin, rendez-vous à La Nicolière pour la toute première manche du Challenge de L’Étoile Montante et dimanche matin à La Vigie pour le Grand Prix de La Vigie.
La course de samedi matin, le Challenge de l’Étoile Montante, dont le départ sera donné à 8 heures, revêt une importance particulière. Il s’agit, en d’autres termes, d’établir une référence chronométrique sur une montée mythique. Les quatre autres manches de ce Challenge pour le moins particulier seront Grand Bassin le 13 avril (2,6 km), Chamarel le 1er avril (3,5 km), rendez-vous le 25 mai à Les Mariannes (3 km) et la dernière manche se jouera le 4 octobre à Bassin Blanc (11 km).
Pour en revenir à la course de samedi matin, la question est de savoir qui pourra aller titiller Yannick Lincoln, leader du VCJCC-Bank One et grimpeur accompli. On l’a vu : l’année dernière dans le Trophée des Grimpeurs, sûr de sa force, il avait laissé l’illusion de la victoire à ses adversaires avant de se débarrasser d’eux un à un.
Mais il faut aussi prendre en considération que des cinq montées proposées dans le Challenge, La Nicolière est la moins difficile. Cela est un fait. Quand on sait que Yannick Lincoln passe cette difficulté en utilisant de gros braquets, on peut s’attendre que les écarts au cours de cette première journée ne soient pas énormes. Mais la journée de samedi ne sera qu’un prélude à une longue série de courses en montagnes. Donc, la question sera surtout de limiter la casse pour les coureurs.
Par contre, dimanche, les choses risquent d’être un peu différentes. Le Grand Prix de La Vigie est une course de début de saison. Et donc, un critérium, agrémenté de longues portions plates et de faux-plats, pour le plus grand plaisir des gros rouleurs. L’année dernière, Mike Chong Chin avait faussé compagnie à tout le monde pour s’imposer en solitaire. Cette année, le leader du VCP pourrait refaire le même coup, surtout qu’il surfe sur une assez bonne vague en ce moment.
Mais attention ! La difficulté du parcours réside dans son profil. À vue d’oeil, le parcours ne paraît pas aussi dur. Mais la remontée de Nouvelle France vers le rond-point de La Vigie permet de voir qui sont ceux qui sont capables de tenir la route les 96 km. Quand on sait que les Sud-Africains avaient été les seuls à ne pas avoir souffert sur ce parcours lors des championnats d’Afrique en 2006, alors, on peut prévoir que la course en elle-même sera une longue succession d’à-coups. À bien y voir, c’est d’ailleurs une des courses où le round d’observation dure longtemps. Mais une fois qu’un coureur aura tenté de jouer au plus malin, le peloton tirera dans tous les sens.
Et les autres catégories ? Chez les cadets, le VCJCC-Bank One connaît bien cette portion de l’autoroute. Sur leur terrain, les Curepipiens pourraient faire feu de tout bois. Sauf, évidemment, si Alexandre Mayer se positionne entre eux. D’autant que Jérémy Seeyave a montré qu’il peut aussi se frayer un chemin.
Mais qui sera assez en forme pour tenir un week-end ? Samedi matin, on ne voit personne aller défier Lincoln sur son terrain. Si toutes les conditions sont réunies, le coureur du VJCCC-Bank One sera le premier à inscrire son nom sur les tablettes des records. Dimanche, départ à 8h pour les cadets, puis 8h15 pour les catégories 3 et 4, et 8h30 pour les seniors, sur l’autoroute à La Vigie. La course, elle, promet d’être plus ouverte. Et c’est tant mieux…