Commentant les propositions du “White Paper”, Georges Ah Yan, leader du
Forum Citoyen Libre (FCL), estime que la réforme électorale que préconise Navin Ramgoolam ne laissera « aucune chance aux petits partis pour se démarquer ». Il pointe principalement du doigt le quota des femmes imposé aux partis politiques, ce qu’il qualifie de « discrimination » envers la gent masculine.
Jugeant que la réforme électorale favorise « la gloire des grands
partis politiques », le FCL trouve que le “Best Loser System” a été « masqué »
par la proportionnelle. Georges Ah-Yan pense qu’il serait « préférable »
que le choix des députés ne soit pas mis entre les mains des leaders,
mais de l’électorat. « Seuls ceux ayant obtenu le plus de votes devraient pouvoir représenter la population au Parlement », estime-t-il. Selon ce dernier, le choix des nominés par le leader politique « les désengageront de leurs responsabilités » envers les électeurs. « Ils seront redevables uniquement envers leur leader », précise-t-il. Une pratique qu’il qualifie par ailleurs de « dangereuse ».
Dans cette optique, il propose l’introduction d’une « motion de blâme ». Il précise : « Lorsken depite napa travay, popilasion bisin kapav konteste a traver ene petition ki depose
Commission elektoral pou redemann enn nouvo eleksion », laisse-t-il
comprendre. Le FCL pointe du doigt également « l’absence de propositions » concernant la déclaration des avoirs par les partis politiques. Concernant le redécoupage électoral, le FCL trouve qu’il serait « adéquat » que cet exercice soit uniquement basé sur la géographie
et non selon les communautés qui y résident. Son leader réclame aussi que le mandat du Premier ministre soit réduit à deux ans afin de « donner la chance à tout le monde d’assumer ce poste ». Il propose également que les candidats déclarent leurs avoirs en jurant un affidavit avant le Nomination Day. « Au cas contraire, ils seraient alors disqualifiés », dit-il.