« Je n’ai pas encore analysé tous les détails du “White Paper”, mais je peux dire qu’à première vue, nous sommes à la croisée d’un moment historique. Le Premier ministre a tenu parole, il a eu le courage de venir de l’avant avec un projet de réforme. En changeant le système électoral, nous allons encore une fois pouvoir changer l’histoire du pays.
Je note qu’il y a consensus sur la nécessité de réformer notre système électoral. Tous les partis se sont exprimés sur la question. Mais il y a aussi des divergences d’opinion. Il nous faudra nous concentrer sur ces divergences afin de parvenir à un consensus national. Une telle démarche permettra alors de faire de ce “White Paper” une réalité pour notre système électoral. »