Les Mauriciens Christopher Tyack (à g.), Mike Lafleur, Julien Maurel et Laurent Cervello lors de leur passage à Langebaan

Les préparations des windsurfers en vues des Jeux des Îles de l’océan Indien (JIOI) de 2019, qui se tiendront à Maurice du 19 au 28 juillet prochain, s’intensifie. Du 7 au 13 janvier, trois windsurfers mauriciens, Christopher Tyack, Laurent Cervello et Julien Maurel  étaient en action an Afrique du Sud, sur le plan d’eau de Langebaan. Ils ont participé au Duotone Windsurfing International, une compétition où les meilleurs planchistes mondiaux se sont affrontés.

Selon l’entraîneur national Mike Lafleur, qui avait fait également le déplacement en Afrique du Sud, déclare que se mesurer au plus haut niveau, et qui plus est hors de nos lagons a été très bénéfique pour les trois windsurfers qui défendront les couleurs mauriciennes aux JIOI. « L’équipe a bien travaillé. Nos trois planchistes  ont titillé les meilleurs, comme le vice-champion du monde italien, Matteo Lachino ou encore  le champion des Pays-Bas, Jordy Vonk. Après 12 courses, Maurel a terminé 4e et Tyack 5e. Cervello ne démérite pas pour autant  puisqu’il termine dans le top 10. Maintenant, le travail continue à Maurice », fait-il ressortir.

Par ailleurs, la Mauritius Yachting Association  (MYA) prévoit aussi un stage à l’étranger pour ses barreurs. Si ces derniers n’ont pas participé à aucune compétition internationale, par contre, des déplacements en Afrique et Asie sont à l’agenda cette année.  Ce qui sera une première pour la sélection mauricienne de voile qui n’a jamais concouru ailleurs qu’à Maurice,  la Réunion et les Seychelles. « Mais pour l’heure, on a encore rien finalisé. Cela viendra en temps et lieu », affirme Mike Lafleur.

Pour ce qui est du kitesurf,  une compétition décisive attend les kitesurfeurs mauriciens et Rodriguais. Celle-ci  déterminera la sélection finale pour les JIOI où seulement les trois meilleurs seront sélectionnés. En attendant l’échéance déterminante qui se tiendra entre le mois de janvier et mars, sur le plan d’eau d’Anse-La-Raie, les riders, chacun de leur côté devront s’assurer qu’ils sont au top de leur forme, car les places dans l’équipe qui défendra les couleurs mauriciennes vaudront chers.