Alors que les clients affluent chez Shoprite, à Port- Louis, depuis l’annonce des promotions en vue de la fermeture, les employés, eux, sont inquiets.

Un an après l’incendie à l’hypermarché de Trianon, qui a coûté la vie à un employé, ce sont cette fois les branches de Port-Louis et de Tamarin qui ferment leurs portes. Comme à Trianon, c’est la compagnie gérant les enseignes Winner’s/Monoprix qui prendra la relève. Même s’il n’a pas été question de licenciement pour l’heure, les employés ne sont guère rassurés car n’étant pas en présence des nouvelles conditions. Ils sont une centaine d’employés dans les deux supermarchés à se retrouver dans une situation compliquée. «

Les informations sont communiquées au compte-gouttes », disent- ils. Pour l’heure, ils ne savent pas sous quelles conditions ils seront recrutés par Winner’s, ni si tout le monde aura sa place. En attendant, ces employés, dont certains comptent une dizaine d’années de service tandis que d’autres ont été transférés à ces branches après l’incendie de Trianon, se disent dans le flou.

Assise dans le jardin pendant sa pause, une employée a le regard perdu. « Ils ne disent rien pour le moment. Nous ne savons pas ce qui va se passer », affirme-t-elle. Cette mère de famille ne cache pas que ses collègues et elle sont dans l’incertitude. « La fin d’année approche et nous ne savons pas si nous allons nous retrouver sans emploi ou pas. Nous sommes très inquiets », dit-elle. La reprise par Winner’s/ Monoprix n’est pas une garantie pour eux. « Nous ne savons pas sous quelles conditions on va nous recruter. Si on va nous prendre comme des nouveaux ou si on va garder nos temps de service. Nous attendons une réunion à ce sujet », dit un autre employé. Il affirme que des responsables de Winner’s/Monoprix sont venus visiter les infrastructures mais que, pour le moment, il n’y a pas encore eu de rencontre avec le personnel. Ce dernier ajoute qu’il n’était même pas au courant, dans un premier temps, que le supermarché allait fermer ses portes. « Au début, on a remarqué que certains produits épuisés n’étaient plus remplacés. Puis on a entendu dire qu’on allait fermer vers la fin novembre. Maintenant, on entend dire que c’est pour fin octobre. On ne sait vraiment pas ce que l’avenir nous réserve. »

Une autre employée, elle, est catégorique : « Moi je dis qu’il faut nous payer une compensation et nous allons nous débrouiller pour le reste. Car je ne sais pas si je vais m’adapter aux conditions de Winner’s. Si demain je décide de partir, je perds mes années de service. » Rappelons que l’enseigne sud-africaine Shoprite s’est implantée à Maurice en novembre 2002 avec l’ouverture du Trianon Shopping Park.

L’hypermarché était considéré comme un « crowd puller » jusqu’à l’incendie de novembre de l’année dernière, qui a coûté la vie à un de ses employés. Après une fermeture de six mois pour cause d’enquête, l’hypermarché a par la suite vu son bail résilié par les nouveaux acquéreurs du complexe. Quant aux employés, certains ont été transférés dans les branches de Port- Louis et Tamarin tandis que d’autres ont opté pour la compensation ou passeront sous l’enseigne Winner’s/ Monoprix. La réouverture de l’hypermarché de Trianon est prévue en décembre.