Intervenant brièvement dimanche au premier congrès du mouvement Women In Politics à la salle de conférences d’Ébène Tower N°1 à Ébène, la ministre de l’Égalité des Genres a fustigé les obstacles – en particulier l’attitude de certains hommes – qui font barrage aux Mauriciennes de s’engager davantage dans la vie sociale et économique du pays. Sheila Bappoo a exhorté les quelque 250 femmes présentes à lutter contre ces empêchements. Près de 150 femmes ont reçu à cette occasion leur certificat de participation à une formation politique organisée par WIP.
« C’est reconnu : les filles font mieux académiquement que les garçons. Donc pourquoi les femmes ne s’engagent-elles pas davantage ? Le blocage, ce sont les hommes ! Les femmes deviennent par conséquent hésitantes, il y a trop d’obstacles : les traditions, familiales, culturelles, religieuses, et autres », affirme la ministre.
« Mari dir “Ki to pe fer ?”, Papa dir “Mo fifi, ki ou pe devini”, boper dir “Pe kit menaz !”, après garson dir “Mama, kot ou pe rantre !”. Rezilta : bann madam ezite rant en politik », a-t-elle élaboré.
Sheila Bappoo a expliqué que c’est pour surmonter toutes ces objections que son ministère a mis en oeuvre le projet Men As Partners, afin que les hommes puissent mieux comprendre les aspirations égalitaires des femmes dans la société mauricienne. « Se ansam ki societe pou progresse », a-t-elle expliqué.
La ministre a, dans ce contexte, félicité le ministre des Collectivités locales Hervé Aimée, présent dans la salle, pour les réformes qu’il se propose d’apporter à la Local Government Act assurant la participation d’au moins 33 % de femmes aux élections générales, municipales et villageoises. « Hervé finn demontre so angazma pou ki ena plis plas pou madam dan politik », a-t-elle lancé sous les applaudissement de la salle.
Sheila Bappoo a également plaidé pour la formation politique des femmes. « Bizin ki form zot pou ki kan apel zot, zot pre pou vini ». Tout en félicitant Women In Politics (WIP) pour son travail de formation, elle a annoncé qu’elle utilisera la plate-forme Femme et Politique de la Commission de l’océan Indien pour promouvoir davantage la formation politique de la Mauricienne.
Auparavant, Marie-Anne Lagane, WIP Champion, a expliqué que ce mouvement a été lancé par le réseau Women In Networking (WIN) en 2009 afin de sensibiliser les Mauriciens, hommes et femmes, à l’importance d’accroître la participation des femmes dans la politique locale. Elle a élaboré sur la vision, la mission et les valeurs de WIP.
Jane Valls a pour sa part parlé du réseau WIN. Nushrat Gunnoo, WIP Training Champion, a élaboré sur la formation en Electoral and Campagne Skills dispensée par WIP à Goodlands, Laventure, Rivière-Noire, Curepipe, Port-Louis, Rose-Belle, entre autres. Les sujets suivants ont, entre autres, été enseignés : le déroulement d’une élection, les qualités d’une conseillère, les attentes de l’électorat, le canvassing, parler en public, les relations avec la presse.
Paula Atchia et Marie-Anne Lagane ont ensuite parlé sur l’Agenda des femmes. La discrimination positive pour les femmes, la promulgation de l’Equal Opportunities Act, la protection légale des femmes, le développement et les services sociaux du point de vue des femmes, la participation de tous aux travaux ménagers, l’adoption du SADC Gender Protocol, la violence à l’égard des femmes sont autant de thèmes qui sont à l’agenda du mouvement.
L’assistance a entendu les témoignages de six femmes qui ont suivi la formation.