La ministre de l’Égalité des genres, du Développement de l’enfant et du Bien-être de la famille a observé que bien que Maurice ait connu du progrès concernant la représentativité féminine dans l’exécutif et le judiciaire, « il lui reste encore du chemin à parcourir en politique et au Parlement ». C’était hier lors de son intervention au dîner offert aux délégués du Women’s Forum à l’hôtel Sugar Beach, à Flic-en-Flac.
Aurore Perraud estime que les femmes doivent être plus présentes en politique et dans la prise de décisions. Elle soutient que même s’il leur reste du chemin à parcourir pour atteindre ces objectifs, « la volonté du gouvernement, sous le leadership de sir Anerood Jugnauth, est bien réelle et visible ». Tout en louant la présence et le travail qu’effectuent toutes les femmes leaders, Aurore Perraud a tenu à les remercier pour l’effort spécial accordé aux Petits États insulaires (PEI) particulièrement menacés par les effets du changement climatique. Pour elle, les décideurs politiques et autres partenaires de la société doivent établir des passerelles vers une croissance économique durable en reconnaissant que les défis sociaux, économiques et environnementaux sont intrinsèquement liés de même qu’en identifiant les possibilités que peuvent exploiter les PEI dans le cadre de leur transition vers une économie verte. « More than ever, we need feasible and sustainable strategies, with special considerations to gender implications », ajoute-t-elle.
La ministre constate que les PEI souffrent de pauvreté et d’un taux de chômage élevé à cause de leur éloignement et des traditions. Par conséquent, dit-elle, « les femmes en souffrent beaucoup ». Elle note que la participation des femmes dans des secteurs informels est relativement élevée et qu’elles sont ainsi plus vulnérables face aux changements climatiques. Aurore Perraud dit souhaiter que des solutions soient trouvées aux multiples problèmes qui y sont liés.