En 2010, le secteur du transport maritime a enregistré un chiffre d’affaires de Rs 10,5 milliards. C’est ce qu’a indiqué le ministre des Infrastructures publiques, de la NDU, du Transport intérieur et des Affaires maritimes, Anil Bachoo à l’ouverture de l’assemblée générale annuelle de l’Association of Women Managers in the Maritime Sector in Eastern And Southern Africa (WOMESA).
Anil Bachoo s’est longuement appesanti sur l’importance de ce secteur dans l’économie mauricienne. Le ministre des Infrastructures publiques fait ressortir que le secteur, à décembre 2010, comptait 109 entreprises et employait quelque 12 500 personnes. Sa contribution au Produit intérieur brut était de 2,4 %, avec un chiffre d’affaires de Rs 10,5 milliards. « Since more than 90 % of our imports and exports are by ships, we can safely say that the Maritime Sector contributes substantially to the economy and it can rely on continuous government support for the promotion of maritime activities », affirme le ministre Bachoo.
Anil Bachoo note ainsi que la sécurité maritime, la prévention de la pollution par des bateaux et le développement des activités, ayant un lien avec le transport maritime, figurent parmi les priorités du gouvernement. En vue d’atteindre ces objectifs, le ministère de tutelle travaille sur le renforcement des lois maritimes. Il indique que la Merchant Shipping Act 2007 a été promulguée. Cette loi donne le pouvoir au ministre de tutelle de ratifier les différentes conventions de l’International maritime organisation (IMO) et de l’International labour organisation (ILO), mais également celles ayant trait au commerce maritime, fait-il ressortir.
« In fact, Mauritius has already ratified a number of Conventions and these will have to be incorporated in our National Laws », indique Anil Bachoo. Le ministre indique que les services d’un homme de loi spécialiste des affaires maritimes ont été retenus pour travailler sur les lois ayant trait à la sécurité maritime, la prévention de la pollution et le commerce maritime, qui comprend « marine insurance and carriage of goods by sea ».
Anil Bachoo souligne que suite aux objectifs fixés par les Nations unies pour la promotion de l’égalité des genres, l’IMO a lancé le Women in Development Programme (WID) en 1989. Ceci a conduit à la formation de nombreuses associations de femmes managers dans le secteur, dont celle de la WOMESA, qui existe depuis trois ans.
Un des objectifs majeurs de cette association consiste en l’intégration des femmes dans le secteur à travers un meilleur accès à la formation et à la technologie, en vue d’accroître le pourcentage des femmes dans des postes à responsabilité.
M. Bachoo indique que Maurice a l’honneur d’accueillir cette quatrième conférence annuelle dont le thème est « Changing the face of Maritime Administration ». « Women emancipation started in the 1980s which led to the creation of the Ministry of Women’s Rights and Family Affairs in 1982 », révèle le ministre. Le ministère a été renommé « Ministry of Gender Equality, Child Development and Family Welfare » pour répondre aux objectifs du millénaire des Nations unies, souligne Anil Baichoo.
Le ministre Baichoo estime qu’il n’y a pas de doute « Mauritius has attained substantial progress in the enhancement of women’s status », en citant la nomination de Monique Bellepeau comme vice-Présidente de la République. Il note que la représentation féminine au parlement est de 18 %
Le ministre pour que malgré cela, « the records on Women in Maritime Sector have yet to be taken off. In this context, the launching of the WOMESA – Mauritius would undoubtedly be instrumental in identifying those women, empower them and ensure that they are respected and promoted in groups. In so doing, their contribution to the socio-economic development would be acknowledged and made “visible” ».