Dans le cadre de l’International road transport workers day, la Government Services Employees Association (GSEA), la Maritime Transport & Port Employees Union (MTPEU), la Airport Management Employees Union (AMEU) en collaboration avec l’International Transport Federation (ITF) ont organisé un atelier de travail en fin de semaine dernière sur le thème « les syndicats et le développement durable ». Plusieurs points soulevés lors des discussions générales feront l’objet de recommandations au gouvernement.
L’atelier, qui s’est tenu dans la capitale, a été présidé par Radhakrishna Sadien, président de la GSEA, et qui est également coordinateur de l’ITF pour les affiliés mauriciens. Au cours de son intervention à l’ouverture des travaux, M. Sadien a mis l’accent sur l’importance du développement durable à travers le projet Maurice Île Durable (MID). Le président de la GSEA a également parlé de la mise en oeuvre des projets visant à encourager le compostage, la collecte d’eau de pluie pour l’irrigation et le nettoyage. Radhakrishna Sadien devait faire ressortir que le jardinage doit faire partie intégrante du curriculum de l’éducation et s’est fortement opposé à toute introduction du péage à Maurice. Le coordinateur de l’ITF à Maurice a également proposé qu’une activité autour du réchauffement climatique soit organisée le 11 novembre, par exemple un « lights off » pendant 11 minutes.
Raj Daliah, coordinateur du projet MID au ministère de l’environnement, a présenté un exposé sur l’implication du transport durable pour le pays. Il a insisté sur le fait que le développement durable englobe non seulement des objectifs économiques mais aussi sociaux et environnementaux en vue de maximiser le bien-être humain. D’autres aspects à explorer, selon lui, sont la production d’éthanol comme remplacement des combustibles fossiles, la gestion de la pollution sonore croissante, la gestion des déchets du transport tels que les contaminants, les pneus usagés, huiles usagées, carcasses de véhicules, entre autres.
C. Brasse, président de la MTPEU, Osman Mahomed, Executive Chairman de la Commission Maurice Île Durable et Chief Guest de l’atelier de travail ainsi que B. Munbodh, président de l’AMEU, entre autres, ont également exposé leurs points de vue.
Parmi les recommandations qui seront faites au gouvernement, l’on relève : encourager la population à trier les déchets en vue de faciliter la collecte ; mise en place d’usines de recyclage par le GM ; ne pas s’appuyer uniquement sur l’apport du secteur privé pour la production de biogaz et de compost ; encourager les pratiques de compostage dans la population… Les enquêtes et l’application des lois pour punir les « alleged sugar cane fields fire by large sugar producers for easy harvesting », la décentralisation des services publics à travers l’île et le « posting of officers » plus près de leur résidence pour réduire le stress du voyage et la pollution sont aussi sur la liste des recommandations.