Bhawna Horeesorun, une habitante de Plaine de Papayes, s’est vue attribuée conjointement avec un écrivain indien, le premier prix d’un concours de rédaction des contes organisé par le World Hindi Secretariat (WHS). Bhawna Horeesorun a reçu cette distinction ex aequo pour le conte Upar Wala Khamra (La chambre d’en haut) jeudi soir, au Centre culturel Indira Gandhi à Phoenix en présence du ministre de l’Eduation, Vasant Bunwaree et du guest speaker, le professeur Herman Hendrik Van Olphen, le responsable du département des Asian Studies de l’université de Texas. Cela dans le cadre de la célébration de la Journée mondiale de l’Hindi.
Deux autres Mauriciens figurent également parmi les dix premiers dont les oeuvres ont été primés lors de ce concours international. Le jury était composé d’érudits de la langue hindi. Le dictionnaire hindi-français de Vijaye Kumar Beeharry, ouvrage de 150 pages et contenant 10 000 mots en hindi qui ont été traduits en français a été lancé à cette occasion. Le World Hindi Secretariat et l’Institut Français de Maurice ont apporté leur soutien pour la publication de cet ouvrage. Le WHS a aussi lancé son site web, Har Diwas Hindi Diwas et le quatrième édition de son magazine annuel en version imprimée et électronique. Le lancement a été effectué par Poonam Juneja, le secrétaire général du WHS.
Dans son exposé, le professeur Olphen a souligné les grandes étapes du développement de l’hindi aux Etats-Unis. « La bataille pour la préservation et la propagation de l’hindi devra être l’affaire de tous », a-t-il affirmé. Il a soutenu que l’hindi est enseigné dans les écoles et les universités grâce à des initiatives privées. « Si on veut le progrès d’une langue, il faut batailler dur et de prendre des initiatives et de ne pas compter seulement sur le gouvernement », a-t-il dit.
Vasant Bunwaree a parlé des facilités offertes au niveau du primaire, secondaire et tertiaire pour l’enseignement de l’hindi. Les enseignants et les étudiants doivent profiter des technologies de l’information et de la communication, a affirmé le ministre.
Bhawna Horeesorun ne cache pas sa satisfaction d’avoir décroché le premier prix. « Mon frère Jeeshnu m’a encouragé à m’inscrire à ce concours et je ne m’attendais pas à recevoir le premier prix », nous a confié Bhawna.
Pour cette fille originaire d’une famille modeste où l’on compte sept enfants, il s’agissait à travers son conte Upa Wala Khamra de conscientiser les jeunes sur l’importance de maintenir les liens familiaux même après le mariage. L’histoire de Upar Wala Khamra s’articule autour d’un jeune homme qui délaisse sa famille après le mariage. Bhawna nous dit avoir consacré beaucoup de temps à lire les contes de l’écrivain indien Premchand et compte poursuivre des études supérieures en hindi. Elle exhorte les jeunes à apprendre l’hindi à l’école et dans les centres où les cours d’hindi sont dispensés.
Le public au eu droit à un documentaire pour les 100 ans du cinéma indien et un spectacle culturel animé par les élèves du Mahatma Gandhi Institute.