Pour marquer le World Wildlife Day observé mardi dernier, la Mauritian Wildlife Foundation (MWF) propose aux Mauriciens de visiter l’île aux Aigrettes à tarif réduit. Fixées à Rs 100 (adultes) et Rs 50 (enfants de moins de 12 ans), ces visites guidées sur l’île, située au large de Mahébourg, permettent de partir à la découverte des oiseaux, reptiles et plantes endémiques, entre autres. À cette même occasion, Paper Converting Ltd lance une série de boîtes de mouchoirs à l’image de la crécerelle pour soutenir la MWF dans son travail.
D’une superficie de 26 hectares, l’île aux Aigrettes a été décrétée “réserve naturelle” en 1965. La MWF en a la responsabilité depuis 1985 et, depuis, a permis sa réhabilitation en introduisant plusieurs espèces endémiques. Accessible tous les jours, l’île aux Aigrettes est un endroit connu des touristes et des écoliers et collégiens qui y font des sorties éducatives. La MWF souhaite cependant qu’un plus grand nombre de Mauriciens découvrent la richesse de l’île et, par la même occasion, soient sensibilisés à la préservation des espèces endémiques.
Sur l’île, on trouve entre autres le pigeon des mares, la crécerelle, des scinques et des tortues géantes, sans compter une variété de plantes endémiques, comme le bois d’ébène ou le bois de nattes. Toutes ces espèces sont protégées, car étant en danger d’extinction. D’où le travail de la MWF pour les sauver. Lors de la visite proposée sur l’île le week-end prochain, les visiteurs auront ainsi l’occasion de voir une exposition sur le travail effectué par la MWF. Le personnel et les volontaires répondront aux questions du public.
Spécialement à cette occasion, le tarif a été réduit de 50%, soit Rs 100 pour les adultes et Rs 50 pour les enfants de moins de 12 ans. L’accès se fait par bateau à partir de la jetée de Pointe-Jérôme, le trajet étant compris dans le tarif. Les visites ont lieu de 10 h à 15 h. Vikash Tatayah, directeur de la conservation à la MWF, rappelle que les visites se font « selon un circuit défini et en respect avec la nature ». La MWF innove également en organisant des tours photos à l’intention des photographes professionnels et autres amateurs. Ils auront ainsi l’occasion, pendant deux heures, de photographier différentes espèces. Pour cela, il faut s’enregistrer auprès de la MWF.
Par ailleurs, la MWF, qui compte une vingtaine de projets de conservation en cours, lancera cette année une campagne pour la sauvegarde du Merle Cuisinier. Ce petit oiseau gris, blanc et noir a un statut vulnérable. Selon Jean-Hugues Gardenne, Fund Raising Manager de la MWF, il faudra avant tout sauver les habitats en danger à Maurice et à Rodrigues. Tous ces projets de conservation, rappelle-t-il, requièrent un certain investissement, les dons sous la Corporate Social Responsibility (CSR) représentant 50 à 55% du budget. « Pour le reste, il faut organiser diverses levées de fonds. » Et de citer en exemple le projet de parrainage d’un animal, le parrain obtenant en retour un kit de la MWF avec un bracelet.
Dans cette même perspective, la MWF a accepté un partenariat avec Paper Converting Ltd, qui a lancé sa première collection de Wildlife Series. Il s’agit de boîtes de mouchoirs avec l’image et des informations sur des espèces endémiques protégées. La première série est consacrée à la crécerelle. Dans un deuxième temps, deux autres séries seront lancées sur le gecko et le cateau vert (echo parakeet). Chaque boîte achetée permettra ainsi à Paper Converting Ltd de verser un pourcentage à la MWF. Il a été convenu que, dans un premier temps, une somme de Rs 10 000 sera versée à l’organisation sur une base mensuelle. « Cette somme pourra être revue à la hausse dépendant de la vente », précise Aymeric Dookun, Marketing Manager de Paper Converting Ltd, qui souligne que le papier utilisé par la compagnie provient des forêts agréées et ne met en aucun cas l’environnement en danger.