Valérie Angel Arlanda, 21 ans, membre de la Special Supporting Unit (SSU) depuis plus d’une année, vit sur un véritable nuage depuis lundi dernier. Demain à 18 h, quand cette policière, qui porte le Departmental Number 604 et habitant New-Grove, hissera solennellement le quadricolore mauricien au haut du mât dans un Champ-de-Mars recueilli et en présence des plus importantes personnalités du pays, et du Chief Guest, le président des Seychelles, James Alix Michel, elle aura accompli un pas de géant dans l’Histoire du pays. Elle deviendra la première Mauricienne à se voir confier cet insigne honneur pour la Flag Raising Ceremony protocolaire du 12 mars.
Pourtant jusqu’à lundi dernier, la Woman Police Constable Arlanda, qui a intégré la force policière il y a deux ans, était loin de savoir qu’elle allait être au centre de l’événement historique du 44e anniversaire de l’indépendance et la 20e de la République de Maurice. Avant d’atterrir au sein de la SSU, elle avait battu la semelle de ses boggies dans le village de Nouvelle-France avec la traumatisante expérience de se retrouver nez à nez avec trois victimes d’un terrible accident de la route. Le beat normal de ceux ou celles qui débutent dans la police.
Soudain, le sort en décide autrement. La WPC Valérie Angel Arlanda émerge du lot au sein de la force policière. Alors qu’elle prenait part lundi dernier avec ses autres collègues de la SSU à des Drills aux Casernes centrales, elle est informée du choix du comité d’organisation pour les célébrations nationales. Cette jeune constable demande du temps pour comprendre ce qui lui arrivait.
« Au départ, je ne comprenais pas exactement de quoi il s’agissait. Je ne savais pas ce que je devais faire ou encore ce qu’on attendait de moi. Mais lundi après-midi, lorsque je me suis rendue à la première répétition de la parade officielle au Champ-de-Mars, j’ai pu prendre l’ampleur de la mission qui m’attend pour la cérémonie du drapeau du 12 mars », concède la jeune constable.
« Lors de cette première répétition, j’ai compris que j’ai été choisie pour hisser le drapeau national en haut du mât. C’est une grande joie, un grand honneur et une grande fierté pour moi en tant que femme. Cet honneur rejaillit sur toutes les femmes de mon pays, d’autant plus qu’il y a quelques jours, on a fêté la journée internationale de la femme », soutient la WPC Arlanda avec beaucoup de lucidité.
La première chose est de communiquer cette « formidable nouvelle aux membres de sa famille et à son entourage ». L’une de ses deux soeurs fait également partie de la force policière. Désormais, le quotidien chez les Arlanda se conjugue avec fierté, ce qui n’empêche pas pour autant Valérie Arlanda de continuer à côtoyer ses autres collègues dans les Barracks de la SSU aux Casernes centrales.
L’honneur de la WPC 604 est partagé par les autres membres de la SSU. « De leur part, je n’ai reçu que félicitations et encouragements », ajoute-t-elle. Toutefois, elle sait que pour le 12 mars, elle n’aura pas droit à l’erreur. Les yeux de toute l’île Maurice seront rivés sur ses moindres gestes à cet instant solennel.
Depuis, Valérie Arlanda garde les pieds sur terre. « Jusqu’ici, je ne ressens ni le trac, ni la pression. Je continue de me préparer mentalement et psychologiquement. Pour le moment ça va. Mais c’est sûr que lundi, je ressentirai quelque chose de très fort le moment venu et cet instant me marquera à jamais en tant que Mauricienne et aussi en tant que membre de la force policière, appelée à servir ma patrie. L’Indépendance et l’accession à la république ont été des étapes cruciales pour l’avancement et l’épanouissement du pays. Ces étapes ont été marquées par des événements parfois douloureux, mais le pays a continué à avancer. Je souhaite le meilleur à mon pays », confiera-t-elle avec un petit brin de fierté somme toute légitime.
Après avoir porté l’uniforme de constable affectée au poste de police de Nouvelle-France, puis la tenue de combat de la SSU, la constable Arlanda sera vêtue, demain, du costume d’apparat, le No 1, de la Special Mobile Force. Une véritable fierté. D’ailleurs, elle a subi un premier essai en temps réel, vendredi en fin de journée, avec à ses côtés le caporal Subramanien, lors de la répétition générale au Champ-de-Mars.
Valérie Angel Arlanda est en passe de devenir le symbole de la jeunesse mauricienne. Sportive dans l’âme et surtout mordue de volley-ball, elle a déjà fait partie de l’équipe nationale de volley-ball et porte actuellement les couleurs de Curepipe Starlight.
Toujours dans le cadre des manifestations pour marquer l’anniversaire de l’indépendance et de la république, la vice-présidente Monique Ohsan Bellepeau, se rend aujourd’hui à Rodrigues. Demain, elle participera à la cérémonie officielle du drapeau au stade de Camp-du-Roi à partir de 13 h 30 en présence du chef-commissaire, Serge Clair, et des membres de l’Assemblée Régionale de Rodrigues. En début de soirée, la vice-présidente de la république offrira une réception officielle pour marquer le 12 mars dans l’île.