Réunissant des délégués de son parti pour les circonscriptions N°1, 2, 3 et 4, Xavier-Luc Duval a soutenu que le plan de développement socio-économique du pays pour les dix prochaines années sera « révolutionnaire » sur tous les plans. Les différents intervenants ont vertement critiqué l’opposition MMM/MSM, en rappelant à sir Anerood Jugnauth les qualificatifs qu’il avait attribué à certaines sections de la population et parlant du « sombre bilan économique », selon eux, laissé par cette alliance en 2005.
Après avoir soutenu que la démission de SAJ de la présidence de la République est une bonne chose pour une jeune démocratie comme la nôtre, le leader du PMSD a déclaré qu’actuellement, il y a une véritable « industrie de palabres », chaque jour apportant sa nouvelle rumeur. « Enn zour zot rod fer ou krwar ki PMSD fin met kouto lor la gorz Ptr, enn lot zour zot trouv lot zafer pou dir », soutient Xavier Duval.
Ce dernier soutient que les relations entre les deux partis formant le gouvernement sont au beau fixe, rappelant que son parti est en alliance depuis 1998. « Nous avons les mêmes objectifs en matière de développement économique, de même qu’au niveau social, nous favorisons l’égalité de chances pour tous les Mauriciens, pourvu que ce soit la compétence qui prime ». Xavier-Luc Duval considère que c’est dans l’ordre des choses que des discussions aient lieu entre les deux partenaires, avant que ne se dégage le consensus.
Évoquant le bilan de l’opposition, Xavier-Luc Duval a soutenu d’abord que SAJ, à lui seul, c’est-à-dire sans l’apport du PMSD et du Ptr, n’aurait jamais pu apporter le progrès économique que le pays a connu de 1983 à 1991.
« Eski se li ki ti al rod investisser partou ? », s’est-il demandé. Pour le VPM et ministre des Finances, présenter SAJ comme le père du développement économique est une énormité. Il ajoutera que le masque est tombé avec la faillite économique enregistrée par l’alliance MMM/MSM de 2000/2005. Il a cité uniquement deux exemples : l’effondrement de la zone franche, qui a occasionné la perte de 30 000 emplois, et le taux de 65 % de notre budget que représentaient les dettes du pays, alors qu’il est de 55 % actuellement. Xavier Duval a critiqué le MMM parce qu’il trouve qu’à chaque fois que le leader de ce parti a été ministre, seuls les « gro palto » se sont enrichis. C’est pour cela qu’il ne souhaite pas que cette alliance reprenne le pouvoir « parce qu’alors il faudra s’attendre à un marasme économique et seuls les possédants pourront s’en sortir au détriment de la grande majorité ».
Xavier-Luc Duval s’est montré très positif quand il a parlé du plan en préparation. « Moris ena enn potentiel. Mo krwar ladan. Sak Morisien bizin ena lanbision progrese, ariv pli divan. Se pou sa kalite transformasion la ki nou pe prepar sa plan de di zan la », a-t-il conclu.
Mahmade Kodabaccus, secrétaire général de la formation bleue, a d’emblée répondu aux critiques des adversaires de l’alliance gouvernementale en disant que celle-ci respecte profondément les aînés de la société. « Mais, a-t-il ajouté, manz banane dan de bout, sa nou pa aksepte. »
Il a parlé du retour de celui « que l’on a surnommé Rambo », mais qui est maintenant, pour lui, « un Rambo sans dents », à qui il compte bien rappeler qu’il a traité une couche sociale de démons et qu’il a qualifié d’insanité le livre sacré d’une autre. « Bann Joe na pa finn bliye ki bolom Jugnauth ti rod fer ar nou lider Gaëtan … », a aussi souligné le Lord-maire. Il s’est demandé si sir Anerood, en revenant sur le terrain politique, vient défendre les intérêts des Mauriciens. « Eski li kontan bann Morisien ou so pitaye ? Eski li pe rod defann zot lintere ou so piti ? », s’est encore interrogé M. Kodabaccus.
La PPS Aurore Perraud, députée PMSD du N°4, affirme que maintenant les Mauriciens se trouvent devant un choix : opter pour la stabilité ou le désordre politiques. Rappelant que SAJ avait dit « Moralité pa ranpli vant », elle a estimé qu’une société sans morale n’a pas d’avenir.
À titre comparatif, elle a parlé de l’apport du PMSD dans un gouvernement. « Ar nou ena stabilite e sak pos ki finn konfie nou, nou finn donn rezilta lor rezilta. Nek ena pou get Minister finans so bann realizasion », a ajouté Aurore Perraud. Elle a annoncé la tenue d’un congrès des femmes par le PMSD le samedi 14 avril à l’auditorium Octave Wiehe, Réduit.
Richard Duval a également pris la parole à cette réunion, qui a été présidée par Salim Abbas-Mamode, conseiller municipal bleu à Port-Louis.