Même s’il ce n’est peut-être pas vrai qu’il effectue plus de déplacements à l’étranger que lorsqu’il était ministre du Tourisme, le fait est que le leader de l’opposition, Xavier Duval, se rend très souvent à l’étranger.

Son dernier voyage à Londres fait ainsi beaucoup jaser parce qu’il n’a pas été annoncé et qu’il a coïncidé avec celui du Premier ministre, Pravind Jugnauth, dans la capitale britannique. Cela a quand même été suffisant pour que les plus imaginatifs parlent d’une rencontre entre les deux hommes. Il faut dire que l’analyse des faits, après le retrait récent du procès de XLD contre Pravind Jugnauth et la rencontre des deux hommes au PMO tout de suite après son installation dans le fauteuil de leader de l’opposition, la présence sporadique du leader du PMSD aux rencontres avec la presse plus souvent animée par l’ex-travailliste Kushal Lobine, le partenaire de Nandanee Soornack et de Rakesh Gooljaury, peuvent pousser tout un chacun à y aller de son petit couplet à l’effet que c’est logique que le MSM et le PMSD cherchent un terrain d’entente.

Maintenant que le PTr et le MMM ont clarifié leur position et qu’ils ont affirmé qu’ils brigueraient seuls les prochaines élections générales. Un retour au bercail n’avait-il pas été évoqué au début de l’année, alors que des rumeurs faisaient état du départ probable de Salim Abbas Mamode et de Patrice Armance dans Lakaz Lepep ? Le joke à l’époque était « pourquoi partir seuls lorsque toute la basse-cour peut déménager ». Mais pour en revenir aux voyages, il faut dire que le leader de l’opposition ne s’est pas privé. Il avait effectué un long voyage fi n 2016 pour des raisons de santé. XLD s’est ensuite rendu de nouveau en Europe, puis aux Maldives, pour des vacances et faire du jet-ski.

Prochaine étape l’Afrique du Sud, pour entre autres rencontrer Mgr Desmond Tutu sans que personne n’ait obtenu le moindre détail sur cette rencontre et si elle a bien eu lieu. Plus récemment, il a été question d’un voyage dans certains pays de l’Europe de l’Est, puis à Singapour pour une conférence sur le blockchain. Puis ensuite de nouveau Londres. Pour celui qui insiste sur la transparence de la part du gouvernement, un petit communiqué sur ses déplacements, leur raison d’être, leur caractère public ou privé ou pas, les personnes rencontrées, aurait été vraiment dans la norme de ce qui se pratique dans les vraies démocraties.