Lors de sa première conférence de presse pour l’année 2013, ce matin, durant laquelle il a fait un tour d’horizon de la situation économique et financière du pays, le ministre des Finances a exprimé sa satisfaction quant à l’évolution des principaux indicateurs économiques du pays depuis son arrivée aux Finances. « Nous avons réalisé une excellente performance en 2012 malgré une conjoncture internationale difficile », a déclaré Xavier-Luc Duval, insistant que la résilience économique du pays s’est améliorée. Tout en reconnaissant que la barre a été placée à un niveau élevé, le Grand argentier anticipe un taux de croissance économique de 4 % pour cette année.
S’appuyant sur une présentation graphique par Power Point et sur certains chiffres, le ministre des Finances s’est félicité de « l’excellente performance » du pays face à la crise mondiale. Ce qui, selon lui, contraste nettement avec celle enregistrée par son prédécesseur. Xavier-Luc Duval a démontré que la croissance trimestrielle réalisée par Maurice en 2012 a été bien meilleure et qu’elle a eu lieu alors que l’Europe, notre principal marché d’exportation, était en recul. Passant en revue les différents indicateurs économiques, il a rappelé que l’économie mauricienne a enregistré une croissance de 3,3 % pour l’année écoulée, le déficit budgétaire a été ramené à 1,9 %, la dette publique a été réduite à 53,1 %, le taux d’inflation a diminué pour atteindre 3,9 %. Ce qui l’a amené à dire qu’à la lumière de ces statistiques produits par le CSO que « Maurice a une meilleure résilience qu’avant ». Il s’est livré ensuite à une analyse sectorielle de l’économie mettant en exergue la diversification du marché touristique et nos exportations jusque-là très dépendantes de l’Europe. Il a indiqué qu’en 2012, les arrivées touristiques en provenance de l’Europe ont représenté 58 % du nombre total contre 63% en 2011. La baisse de 48 000 touristes européens a été compensée par une hausse des arrivées en provenance de l’Afrique (La Réunion entre autres), de l’Asie, dont la Chine, et de l’Australie. Il s’est réjoui du succès remporté jusqu’ici sur les marchés russe (+59 %) et chinois (+38 %). Il a dans la foulée annoncé l’entrée en opération prochainement des vols directs sur Shanghai ainsi que l’éventualité de l’introduction des vols directs sur l’Allemagne et la Russie. La possibilité qu’Alitalia reprenne sa desserte sur Maurice a été également évoquée. Une délégation italienne est attendue à Maurice à cet effet.
S’agissant des exportations, Le ministre des Finances a laissé entendre que les entreprises de la zone franche ont également diversifié leur exportation, l’Europe ne représentant que 59 % des recettes en 2012 contre 67 % en 2009. Il a souligné « la très belle percée de Maurice » sur l’Afrique du Sud qui, selon lui, alimente des marchés régionaux en Afrique. Pour ce qu’il s’agit de l’offshore, 70 % des nouvelles compagnies sont orientées vers le marché africain. Xavier-Luc Duval souhaite que les investissements étrangers transitant par Maurice, estimés à Rs 2 milliards, puissent passer le cap de Rs 4 md cette année. Il a aussi exprimé le désir que les investissements des entreprises mauriciennes en Afrique s’accroissent au cour des prochaines années. Se référant toujours à l’Offshore, il a annoncé la réunion prochaine du JWG avec Delhi et a souhaité que le Tax Information Exchange Agreement puisse être signé avec la Grande péninsule.
Par ailleurs, Xavier-Luc Duval prévoit des investissements publics de Rs 25 milliards pour cette année contre Rs 18,9 md en 2012. Quant à l’investissement direct étranger, le ministre a observé que les résultats ont donné tort à ceux qui parlaient de tsunami. Le niveau des FDI sera, selon les premières prévisions, autour de Rs 11,5 milliards. Ce qui constituerait un record. « Cette bonne tenue de l’économie mauricienne nous a valu des commentaires des plus favorables d’agences et de personnalités étrangères telles que Moody’s, Stiglitz, prix Nobel de l’Économie et Christine Lagarde.
Ces commentaires ne peuvent que réconforter les investisseurs étrangers.
Le ministre est revenu sur certaines mesures importantes introduites dans le cadre du budget 2013 présenté l’année dernière. Il a fait état de la baisse prochaine du broadband pour les centres d’appel et du tarif internet pour les particuliers et du lancement d’un programme de formation offert par MIT et dispensé par Accenture. Il a également parlé de la distribution des repas chauds pour les écoliers.
Le ministre des Finances s’est beaucoup appesanti sur le plan de financement de Rs 250 M pour les micro-entreprises (celles dont le chiffre d’affaires annuel ne dépasse pas Rs 10 M). Le student loan, ajoute-t-il, entrera en vigueur bientôt.
Parlant de l’Africa policy, Xavier Duval a évoqué le rôle important de l’Africa Centre of Excellence for Business, dont la création par le BOI s’inscrit dans la stratégie africaine du gouvernement. Il a laissé entendre que les entreprises africaines ont investi Rs 1,3 milliard. Il existe des perspectives que ce montant atteigne Rs 3 milliards. Les secteurs porteurs en Afrique sont, selon lui, le commerce par le truchement des shopping malls, les exploitations minières, l’agriculture et le développement des infrastructures.
S’agissant de la politique mauricienne vis-à-vis de l’Asie, Xavier-Luc Duval a laissé entendre que le BOI a un rôle important à jouer pour augmenter les investissements en provenance de la Chine et de l’Inde en particulier. Une mission de prospection se rendra en Chine dans le courant du premier trimestre 2013.
Dans un autre ordre d’idées, le Grand argentier s’est référé aux investissements dans le secteur portuaire (Rs 5,3 milliards), aux incitations accordées aux opérateurs du port franc, au secteur de la cinématographie et aux opérateurs de marina. Le ministre a annoncé qu’il se rendra bientôt aux Maldives à l’invitation des autorités de ce pays qui veulent suivre la stratégie de développement de Maurice. Le vice-Premier ministre et ministre des Finances sera également l’invité du Fonds monétaire international à une conférence en avril 2012 pour parler du développement des petites économies insulaires.
Xavier-Luc Duval a soutenu que la priorité pour 2013 sera d’assurer que Maurice continue à améliorer sa performance économique et à consolider sa résilience. Des ressources suffisantes ont été mises de côté sous le National Resilience Fund pour que le pays puisse faire face à toute éventualité en 2013.