Ian Chambers, l'ambassadrice Jenny Dee, la ministre Leela Devi Dookhun-Luchoomun et Jayantee Naugah

Un programme novateur extrascolaire intitulé – ‘Young Mauritians’ Plan for the Planet’ (YMPP) a été lancé le mardi 27 février au Rajiv Gandhi Science Centre Bell Village.  Cette initiative a été mise en œuvre dans 10 écoles secondaires des 9 districts de l’île, où les élèves élaboreront un plan d’action sur la manière d’atteindre les « Subtainable Development Goal (SDG) » afin d’éradiquer la pauvreté, protéger et garantir la prospérité de la planète.

Parrainée par l’Université nationale australienne et, Questacon (centre national de science et de technologie de Canberra, en Australie), le programme YMPP est exécuté simultanément dans d’autres pays, dont le Canada, le Japon, la Nouvelle-Zélande, Singapour, Fidji, le Kenya, la Tanzanie et l’Afrique du Sud. La Haute Commissaire de l’Australie à Maurice, Mme Jenny Dee, et, le directeur du programme international ‘Young Persons’ Plan for the Planet’ de l’Université nationale australienne, Ian Chambers sont intervenu sur le thème « L’importance des jeunes dans la réalisation des objectifs de développement durable des Nations Unies. « Le Young Persons’ Plan for the Planet est un excellent outil pour promouvoir les objectifs SDG dans les écoles tout en développant les compétences non-techniques et l’intérêt des élèves pour les STEM en utilisant les défis du monde réel « , a déclaré le Haut-Commissaire de l’Australie à Maurice, Mme Jenny Dee.

Young Mauritians ’Plan for the Planet’ 

Le Young Mauritians’ Plan for the Planet impliquera donc 10 écoles secondaires dans les 9 districts de Maurice. Chaque école formera une équipe de 12 élèves et 2 éducateurs/mentors. Le projet encourage les jeunes mauriciens à utiliser les principes de la planification d’entreprise pour exploiter les opportunités offertes par les SDG afin de développer un plan d’action pour la planète.

Les jeunes identifieront les domaines précis qui doivent être abordés et élaboreront un plan d’action pour atteindre leurs objectifs. Chaque école présentera ensuite ses projets lors d’une conférence.  Les plans des 10 équipes seront par la suite compilés et transmirent au Premier ministre.

Pour le ministre de l’Éducation et des Ressources humaines, Mme Leela Devi Dookun-Luchoomun, cette initiative a pour objectif d’habiliter et de mettre en relation les élèves des écoles secondaires et d’exploiter leur enthousiasme pour élaborer des plans visant à aborder les problèmes mondiaux. « . Le monde tel que nous le connaissons n’est malheureusement pas utopique. Les SDG sont vitaux à notre planète étant donné qu’ils sont établis dans le cadre international sur lequel repose le fondement de notre avenir collectif, » a-t-elle dit.

Le Young Mauritians’ Plan for the Planet vise en effet à promouvoir les SDG de l’ONU auprès des jeunes du monde entier sur notre avenir économique, écologique et sociale. Le programme est ainsi basé sur l’intégration des connaissances scientifiques, économiques et géographiques et se concentre sur l’utilisation de la gestion des affaires, du leadership et des principes et pratiques de travail d’équipe pour développer et fournir des résultats durables aux niveaux local, régional et mondiaux.

Les avantages de la participation des élèves ?

  • Les jeunes seront habilités à considérer leur contribution potentielle à la réalisation des SDG.
  • Les jeunes acquerront la capacité et les compétences nécessaires pour intégrer les méthodes de planification d’entreprise aux questions scientifiques et sociales.
  • Les jeunes mauriciens seront en contact avec d’autres jeunes du monde entier et feront partie d’un réseau mondial qui s’efforcera d’atteindre les SDG.
  • Les participants développeront leur leadership, leur travail d’équipe, leurs compétences mondiales, leurs aptitudes en matière de recherche et de communication.

À noter que Ian Chambers, Directeur du Plan des jeunes pour la planète, de l’Université nationale australienne (Canberra), a élaboré et publié en 2012 « A Plan for the Planet » sur la base de son travail avec des entreprises et des gouvernements du monde entier dans le domaine de la gestion et de la durabilité à l’échelle mondiale.