À 12 ans, Julie Sauteur se voit remporter le prix du Jury lors de la compétition Zenes Montre To Talan. Auteur compositeur interprète, elle a époustouflé le public par son vibrato et son interprétation de sa propre composition Ti malheureux.Comme portée par les mots, elle a su insuffler cette émotion en partage à son public.

Partir à la rencontre de Julie, c’est d’abord être surpris par sa sensibilité et ce côté très réservé. Elle se sent plus dans son élément uniquement sur scène ou lors de ses moments de séances vocales. Cette élève en Form 2 au Morning School ambitionne de faire carrière comme hôtesse de l’air. « Je veux voir d’autres pays, surtout Paris et Disneyland. Je suis curieuse du monde qui m’entoure. On peut me trouver timide mais dans le fond, j’ai de l’ambition comme chanter au concours The Voice Kids l’année prochaine. » Quand on lui parle du défi à relever, Julie Sauteur met vite au placard sa réserve. « Il faut toujours essayer d’aller de l’avant et le fait d’être sur une scène comme The Voice Kids, c’est déjà une ouverture et un passeport garanti pour une carrière musicale.»  

Au Morning School où elle étudie, Julie reçoit des compliments de ses enseignants et de ses amies. Pour revenir à sa composition Ti malheureux, il y a eu d’abord des recherches au niveau des notes et du rythme avant de calquer sa voix sur la mélodie. Sa voix sur la cause des enfants malheureux a eu la résonance voulue au concours Zenes Montre To Talan. Ce concours qui s’inscrivait dans le cadre des 50 ans de l’indépendance de Maurice vise à mettre en relief le talent flamboyant de la jeunesse mauricienne. Gérard Louis, l’un des membres du jury, a même fait un compliment à Julie en lui disant que son texte, sa mélodie rehaussée par sa voix d’ange à un âge si jeune… 12 ans méritaient amplement qu’elle décroche au final ce grand prix du jury. Elle est parvenue aisément à convaincre en quatre minutes les membres du jury. Julie dédie cette victoire aux enfants qui sont en souffrance.

Cinq wow du jury

Enjouée, Julie Sauteur aime bien ce regard protecteur de ses parents dont son père Gervais, musicien qui est aussi son mentor musical. Sa mère est aussi chanteuse. Bénéficier d’un tel encadrement a été pour elle un moyen de s’exprimer vocalement et sur un plan artistique. Fille unique, Julie sait aussi s’imposer au sein de sa famille en étant avant tout une élève modèle à l’école. Pour son père Gervais qui a sa propre école de musique, Julie sa fille est un exemple pour ses élèves. Elle fréquente en dehors de ses heures de classe le Conservatoire François Mitterand et prend aussi des cours particuliers en violon avec Miss Jade. Quand on revient sur le parcours de Julie à la compétition Zenes Montre To Talan, on se remémore de ces cinq wow des cinq membres du jury sur la chanson Hallelujah de Leonard Cohen.

Pour l’interprète, ce concours a été comme un tremplin, voire une formidable expérience pour se faire connaître. Pourtant, elle n’est pas à son premier concours, ayant participé à huit ans à Ti Mambo et à Star 2014 où elle était arrivée en deuxième position avec sa propre composition, Prend courage. « J’ai beaucoup donné dans cette finale et même si je n’ai pas eu de vote du public, je suis heureuse d’avoir à 12 ans pu être la voix des enfants malheureux et maltraités. Ce concours m’a permis de croire en moi et d’aller encore plus loin dans ma quête musicale.»

Comme prix, Julie Sauteur a remporté la somme de Rs 25 000 du ministère de la Jeunesse et des Sports et Rs 10 000 de la Sicom. Elle compte s’en servir pour ses études en attendant de mettre cap en France pour le concours The Voice.