Le Mauritius Oceanographic Institute (MOI) a signé cette semaine un Memorandum of Understanding (MoU) avec le Second Institute of Oceanography de Chine, afin de renforcer les liens entre ces deux institutions dans le domaine de la recherche océanographique.
Le but de ce MoU, valide pour cinq ans, est d’établir les contacts nécessaires entre les deux institutions, renforcer leurs activités de coopération, promouvoir les échanges de personnel et d’informations scientifiques d’intérêt mutuel, développer des projets conjoints de recherche en vue de soutenir l’échange entre chercheurs qualifiés et de très haut niveau, et faciliter l’accès aux infrastructures sous des projets de coopération dans le sud-ouest de l’océan Indien. Sous cet accord, l’accent sera mis sur les bénéfices mutuels qui peuvent découler des efforts technologiques et scientifiques combinés soutenus par des échanges d’idées et d’informations. Selon l’officer in charge du MOI Rezah Badal, ce MoU représente un repère important et un excellent cadre pour enrichir la coopération et approfondir les relations entre les deux pays. Cet accord, dit-il, donnera un coup de pouce aux activités liées à l’océanographie marine et à d’autres activités d’intérêt mutuel, dont la biologie moléculaire, l’écologie marine, la biodiversité et les sciences marines.
« Avec un personnel de plus de 300 scientifiques et techniciens, le Second Institute of Oceanography de Chine est une organisation très développée dans l’exploration de l’environnement océanographique. Nous, au MOI, nous bénéficierons sans aucun doute de la vaste expérience dont dispose le personnel chinois », a-t-il fait ressortir. S’agissant des travaux effectués par le MOI, M. Badal a cité le cas du plateau continental dans les Mascareignes, revendiqué par Maurice, de même que les Seychelles. Après discussions, les deux parties ont soumis leur demande conjointement aux Nations unies. Cette dernière a adopté la recommandation pour un plateau continental conjoint couvrant une superficie de 400 000 km carrés pour les deux pays. Le MOI est aussi engagé dans d’autres projets importants concernant les différents domaines de l’océanographie.
Pour sa part, le vice-administrateur du Second Institute of Oceanography Chen Lianzeng s’est dit intéressé à étendre son aide à Maurice afin de permettre au MOI d’améliorer son développement océanographique et la recherche scientifique dans cette partie du monde. « Nous sommes également intéressés à offrir aux jeunes scientifiques mauriciens l’opportunité d’étudier et de travailler en Chine », dit-il.