Un budget qui « adresse les défis économiques et maintient la résilience sociale ». C’est ainsi que le Premier ministre Pravind Jugnauth a décrit le Budget 2021-2022, hier soir, lors d’une conférence de presse à l’issue de la lecture du budget par le ministre des Finances Renganaden Padayachy. Un même budget que le leader de l’opposition Xavier-Luc Duval juge lui, « rempli de mensonges et de fausses promesses », et qui prouve que le « gouvernement est en constante campagne électorale ».

Le Premier ministre a félicité le grand oral de Renganaden Padayachy qui a, selon lui, adressé tous « impératifs comme il se doit », en ces moments difficiles face à la pandémie où « l’économie et le social ont été bien affectés et où la résilience sociale a été mise sous terrible
pression ». 
Il a aussi souligné qu’il était important de présenter un budget qui tienne en compte la situation dans laquelle l’on se trouve, et ce en assurant quatre choses, « la continuité pour soutenir la population et essayer de maintenir le pouvoir d’achat, la qualité de la vie et continuer à bâtir une société inclusive ; le maintien des services publics et donner plus de moyens aux services comme la santé pour combattre la Covid et continuer à protéger la population ; donner le support aux entreprises et faire tout pour protéger
l’emploi ; et favoriser la relance économique, développer de nouveaux piliers, catalyser l’investissement public et privé et bien sûr améliorer les facilités pour faire des affaires dans le pays ».

Par ailleurs, parmi les nombreuses mesures, le Premier ministre a fait ressortir celles qui lui ont semblé « extraordinaires, comme les facilités données aux Mauriciens pour acquérir un terrain résidentiel, avec un remboursement de 5% jusqu’à un maximum de
Rs 500 000 ».
 Il a aussi évoqué les investissements massifs dans les infrastructures et logements sociaux qui restent, pour le gouvernement, une priorité. Pravind Jugnauth a également parlé des investissements « sans précédent » pour construire des drains, et ce en réponse eux récentes inondations que le pays a connues le mois dernier. En plus du développement de projets communautaires, la construction d’un nouveau barrage à Rivière-des-Anguilles, Pravind Jugnauth a aussi parlé de l’extension de la ligne du tramway avec une vision, soulignant en passant que malgré les ressources limitées, les projets sont en cours de préparation.

Développer l’industrie pharmaceutique

Le Premier ministre a, de plus, applaudi l’investissement dans l’énergie verte qui est appelée à devenir « un pilier de l’économie ». Il a ainsi parlé d’objectifs que son gouvernement et lui souhaitent réaliser pour faire de cela une réalité. Idem pour l’industrie pharmaceutique et de la biotechnologie qui tombe à point nommé dans la conjoncture, « car on a besoin de vaccins et de médicaments  ». Un secteur stratégique, selon lui, « pour l’avenir ». 

En ce qui concerne l’agriculture, le PM a parlé de « mesure historique » avec notamment la somme de Rs 3 300 la tonne de sucre qui sera payée aux planteurs. « Dans l’agriculture, il y a une série de mesures pour les planteurs de canne, et pour les secteurs non-sucre avec des prix garantis pour la pommes de terre, l’oignon et le gingembre ». En outre, il a relevé les mesures visant au soutien aux entreprises et aux secteurs de l’informatique et « manufacturier qui reste un secteur très difficile et l’on veut qu’il ait le support qu’il faut ». Rappelant au passage que tous souhaitent que la vie reprenne normalement, mais que « cela ne dépend pas que de nous ».

Le Premier ministre a aussi annoncé le plan de relance pour le secteur touristique qui « était à genoux avec presque aucun revenu ». Il a déclaré qu’« à partir du 15 juillet, on entre dans une première phase et le 1er octobre dépendant des choses et de la situation, on pourra s’ouvrir davantage aux touristes ».Il a aussi fait mention des mesures pour accueillir les professionnels étrangers à Maurice et pour combattre la criminalité, entre autres.

Dans le volet sportif, il a salué l’investissement dédié aux infrastructures
sportives : « On peut continuer à créer différents complexes, car le sport est très important pas comme activité sportive, ou loisir, mais aussi pour la santé publique. » Pravind Jugnauth a ainsi conclu en disant que ce sont des « mesures bien réfléchies et bien travaillées, et malgré la situation difficile, le taux de déficit budgétaire à 5% que je considère comme très raisonnable dans le contexte actuel. En somme, c’est un budget responsable, réaliste et qui prépare le pays à une nouvelle normalité qui est à l’agenda mondial ».

Répondant à une question de la presse, il a précisé que les Rs 2 prélevées sur le litre d’essence ou de diesel est une décision prise dans le contexte actuel. « Deux ans de cela, il n’y aurait pas lieu de mettre ce genre de taxe, et on n’avait pas prévu d’acheter les vaccins et les PCR tests. Quand on dépense, il faut aussi avoir une entrée d’argent, sinon l’économie va exploser », a-t-il déclaré.

“Inflation faussée”

Le leader de l’opposition Xavier-Luc Duval, lui, n’y est pas allé avec le dos de la cuillère pour commenter le discours budgétaire du ministre. « C’est un budget qu’il faut regarder et lire attentivement dans les détails, car connaissant ce gouvernement, c’est un discours rempli de mensonges, de faux projets et de fausses promesses ». Ainsi, il a avancé que le ministre des Finances a menti « sur les dettes publiques et la croissance, car la Banque mondiale dans son World Economic Review a prévu une croissance de 3,6%, alors que le ministre des Finances a lui prévu 9% pour l’année financière 2021/2022 ».

XLD a aussi déploré que le taux d’inflation ait été « faussé avec une dépréciation de 15% de la roupie mauricienne contre le dollar ». Le leader de l’opposition est ainsi catégorique que « le gouvernement est en campagne électorale permanente » et déplore qu’il ne s’adresse pas aux vrais problèmes comme indiqué par le FMI et la banque mondiale. XLD regrette aussi que la création d’emploi, et le maintien de l’emploi et de l’économie saine n’aient pas été mentionnés dans ce budget qui « confirme le déclin économique futur de notre pays ». Il a aussi dénoncé l’incohérence de certaines mesures, dont le permis de travail sur 10 ans pour les étudiants étrangers alors que l’on note à Maurice un taux de chômage de 3% chez les jeunes.

Ce contenu est réservé aux niveaux :Abonnement annuel (paiement via Paypal en USD ou en MUR par Virement bancaire), Abonnement mensuel (paiement via Paypal en USD), et Abonnement pour 6 mois (paiement via Paypal en USD ou en MUR par Virement bancaire)
S’inscrire
Log In