Photo illustration

En quarantaine à l’hôtel Tamassa ou en traitement à l’hôpital de Souillac, les patients dialysés confient leur extrême détresse par rapport au régime alimentaire, auquel ils sont soumis chaque jour. Et ce, tout en précisant qu’ils ne recherchent pas le grand luxe, mais un minimum leur permettant de manger à leur faim. Les légumes bouillis…

Ce contenu est réservé aux niveaux :Abonnement annuel (paiement via Paypal ou virement bancaire), Abonnement mensuel (paiement via Paypal), et Abonnement pour 6 mois (paiement via Paypal ou virement bancaire)
S’inscrire
Log In