Si les différents leaders des partis politiques, ainsi que Nando Bodha, entre autres politiciens, ont réussi à se frayer un chemin sur l’estrade aménagée sur un camion devant l’Hôtel du gouvernement, comme annoncé, seuls le leader de l’opposition et Bruneau Laurette ont pris la parole à l’issue de la marche d’hier après-midi. Bruneau Laurette a été le premier à animer cette manifestation, rappelant plusieurs fois dans son discours la nécessité, comme il est devenu coutume de dire, désormais, de B… li deor, évoquant ainsi la revendication du peuple de voir le Premier ministre et son gouvernement prendre la porte de sortie. Le leader de l’opposition s’est lui, félicité de la symbiose créée avec la force citoyenne et les partis de l’opposition, le seul moyen, dit-il, de chasser le gouvernement.

Arvin Boolell: « Kan la force citoyen revendik zot droit, la classe politik bizin pliye li »
« La force citoyenne a démarré avec la manifestation du 29 août dernier. Et kan la force citoyen revendik zot droit, la classe politik bizin pliye li », a dit le leader de l’opposition en prélude à l’assistance, hier, devant la Gouvernement House. Aujourd’hui, a-t-il poursuivi, la force de l’opposition parlementaire et extra parlementaire est en symbiose avec la classe citoyenne. « C’est ene la force ki kapav zet sa gouvernema là dehor », a soutenu Arvin Boolell. Les nombreuses marches pour dénoncer la situation dans le pays ont permis aux partis politiques de mettre leurs différences et idéologies de côté car la République de Maurice est en danger, dit-il.
Cette unification des voix citoyennes vise à permettre au peuple de retrouver les valeurs républicaines, la méritocratie et de bâtir une véritable société indépendante, en chassant le gouvernement actuel, estime le leader de l’opposition qui n’a pas mâché ses mots envers le Premier ministre. « Nous avons marché, nous marchons et nous continuerons à marcher pour la liberté », dit-il, déplorant que les institutions ne fonctionnent pas à Maurice et que le pays est dirigé par la mafia. « Face à sa qualité moralité ki pe régner dans  pays, nou dir non, non, non », a exhorté Arvin Boolell, souhaitant que le pays retrouve la transparence, la méritocratie, et soit une île Maurice unie, qu’importent les différences de tout un chacun, y compris celle d’identité sexuelle. « Tou dimoun ena so place ek so valer dans nou pays. Anou met lamain ensam pou bâtir enn véritable société indépendante », dit-il, avant de s’insurger que le Parlement soit fermé pour trois mois alors qu’il y a une situation d’urgence dans le pays.
Le peuple, dit-il, a démontré qu’il ne croisera pas les bras face à ce gouvernement qu’il faut chasser et la preuve aujourd’hui est illustrée par la diversité hétéroclite de la foule présente à la manifestation, réunie autour du drapeau mauricien, celui-là même qui fait la fierté du peuple de Maurice, de notre île unie et stable, dit-il. C’est pourquoi il exhorte la population dans son ensemble, la jeunesse, les personnes âgées, les autrement capables… « anou marier piké pou sov nou pays. »
Le leader de l’opposition annonça qu’un comité mixte a été mis en place au sein de la nouvelle plate-forme citoyenne réunissant les différents partis pour travailler sur un document axé sur un plan d’action pour une nouvelle île Maurice.
S’agissant du sit-in effectué devant l’Hôtel du gouvernement, Arvin Boolell a fait ressortir qu’il s’agit d’un moyen pour exprimer « ki nou pa kapav accepter enn gouvernement ki fer fi et ki bafouer la démocratie, ki penser ki l’État c’est li, et ki le pays appartenir à une famille. » Insistant que « ce que le peuple a montré aujourd’hui, c’est le droit des citoyens, le droit moral, le droit légal et qu’il existe aussi une force divine qui nous mène. Aujourd’hui, les armes des citoyens, ce sont les manifestations pour la revalorisation de la démocratie, pour redonner au pays ses lettres de noblesse… »
Bruneau Laurette : « Si pena zot lor koltar, nou pas pou avancer »
La foule réunie à Port-Louis démontre, une fois de plus, le ras-le-bol du peuple Mauricien quant à ce qui se passe dans le pays, a rappelé Bruneau Laurette qui a félicité les participants à la marche pour leur déplacement. « Si pena zot lor koltar, nou pas pou avancer », a-t-dit, soulignant que ce combat c’est celui de toute la nation mauricienne. « S’il faut la refaire, une autre manifestation sera organisée », a déclaré l’activiste de Linion Sitwayin. Et d’ajouter que « ce combat, c’est vous qui représentez le résultat ; il ne s’agit pas de mon combat, il n’a pas de couleur politique ; c’est le combat des citoyens, pour les citoyens, avec des citoyens. » Désormais, « sak sou ki zot pou kokin, pou ena prison », dit-il.
Mettant au défi le PM, ou son conseiller Ken Arian, ou encore le nouveau ministre qui assure la suppléance au Commerce, Soodesh Callichurn, de venir dire la vérité sur le naufrage du Wakashio, il fait ressortir que la Commission d’enquête n’est qu’une « farce ». Selon lui « pas pou ena rézilta. Pe rod bouc émissaire, mais pa pe situé responsabilité. Pe rod tir so Kavi Ramano, so Sudhir Mudhoo ek so Premier minis dans défié ».
Mais le peuple ne se laissera pas faire, dit-il. La preuve, la présence en masse dans la capitale hier. Interpellant le public plusieurs fois sur les questions d’actualité, il a laissé le peuple crier haut et fort son vœu de « b… li deor. » Ou plutôt « b… li dans kaso ». Les personnes âgées, dit-il, ne peuvent pas accepter que le gouvernement ne paye pas la compensation de la pension de vieillesse alors que Rs 5,8 M ont été dépensées pour la publicité avec l’équipe de Liverpool, ou encore « kan zot finn donne Rs 308 M ti copains dans confinement.»
Au sujet de Yogida Sawmynaden également, le peuple ne restera pas tranquille après sa décision de step down. «Li step down ek nou, nou contine paye li? Li continué assiz dans Parlement? Li tous so gros lapaye alors ki Rs12 par jour zot pa pe kapav donne bann vié dimoun?», a-t-il demandé exhortant la population à continuer à revendiquer la démission de Yogida Sawmynaden. La manifestation d’hier, avec pour toile de fond la réclamation de départ du gouvernement, est un moyen pour le peuple de revendiquer une vraie indépendance, dit-il. « L’avenir est entre nos mains. Lame dan lame, nou pou met gouvernman deor », a-t-il conclu, remerciant les leaders politiques de s’être mis en retrait pour cette marche et annonçant une prochaine manifestation contre le patron du CCID, Heman Jangi.

Ce contenu est réservé aux niveaux :Abonnement annuel (paiement via Paypal en USD ou en MUR par Virement bancaire), Abonnement mensuel (paiement via Paypal en USD), et Abonnement pour 6 mois (paiement via Paypal en USD ou en MUR par Virement bancaire)
S’inscrire
Log In