« Nos interpellations à l’Assemblée nationale ont été massacrées durant deux semaines consécutives », s’est insurgé le leader de l’opposition, Arvin Boolell, qui rencontrait la presse dans la rue, devant l’hôtel du gouvernement, n’ayant en effet pas eu l’autorisation du Speaker de faire cet exercice à son bureau. « La décision du Speaker est éloquente…

Ce contenu est réservé aux niveaux :Abonnement annuel (paiement via Paypal en USD ou en MUR par Virement bancaire), Abonnement mensuel (paiement via Paypal en USD), et Abonnement pour 6 mois (paiement via Paypal en USD ou en MUR par Virement bancaire)
S’inscrire
Log In