Renganaden Padayachy
  • Cette invitation, conjointement avec l’EDB, demain à l’Hennessy Park Hotel, fait suite à des appels du pied de Business Mauritius
  • Kevin Ramkaloan, CEO : « The importance of a sustained public-private dialogue and business
    community coordination is amplified in times of crisis »
  • Les principaux dossiers : le poids de la CSG dans le coût des affaires, la réouverture des frontières et, surtout, le post-31 décembre 2020 sur le plan du chômage

Les appels répétés de Business Mauritius pour l’ouverture d’un “Economic Dialogue” ont finalement débouché sur une rencontre au sommet convoquée pour demain. En collaboration avec l’Economic Development Board (EDB) et en marge des Mardis des Finances, le Grand Argentier, Renganaden Padayachy, a consenti à recevoir demain à la salle de conférences de Hennessy Park, Ébène, les capitaines de l’industrie pour un “brainstorming” portant sur la conjoncture post-COVID-19, soit en mettant en place les dispositions nécessaires pour éviter au maximum une deuxième vague tant redoutée en raison des répercussions économiques.

Les premières indications disponibles avec les invitations devant être confirmées au plus tard midi aujourd’hui : « The objective of the Economic Dialogue will be for the representatives of private sector organisations to appraise the Minister of Finance, Economic Planning and Development of the challenges and opportunities they are currently facing in their respective sectors. » La rencontre se déroulera de 10h à 14h15 avec un “lunch break” où des échanges pourraient se poursuivre de manière informelle à table.

Chaque organisation du secteur privé, représentée par le Chief Executive Officer et la Chairperson, disposera d’une tranche de dix minutes pour faire un état des lieux dans la filière économique concernée. Dans cette perspective, il faudra s’attendre à voir Business Mauritius assurer la coordination des présentations sectorielles vu que cet organisme a été à l’avant-plan de cette requête pour des consultations de haut niveau avec le gouvernement, sans toutefois révéler si les opérateurs économiques auraient préféré une séance de travail présidée par le Premier ministre, Pravind Jugnauth, avec à ses côtés ses principaux lieutenants, dont le ministre des Finances « en vue de dégager une meilleure visibilité sur le plan économique ».

Toutefois, dans d’autres milieux du monde des affaires, l’on se félicite de la rencontre de demain avec Renganaden Padayachy comme « un pas dans la bonne direction en cette passe économique extrêmement difficile ». Au cours de ces derniers temps, Business Mauritius a saisi la moindre occasion pour réclamer une plateforme de dialogue avec le gouvernement. D’ailleurs, lors de l’assemblée générale de Business Mauritius à la fin du mois dernier, le Chief Executive Office, Kevin Ramkaloan, s’est appesanti sur le fait que « the importance of a sustained public private dialogue and business community coordination is amplified in times of crisis ». Et d’ajouter : « Business Mauritius will continue engaging with the authorities on matters of relevance to the business community in the spirit of national collaboration and sustainable, inclusive growth. »
Auparavant, Vidia Mooneegan, Chairman de l’organisation patronale, avait fait comprendre : « We have therefore multiplied requests and opportunities for increased collaboration and dialogue with the relevant stakeholders. Even more than before, it is together that we must think of reforms, of improved governance and of the urgent yet structured opening of our economy. » Il ajoute : « One of the priorities of this dialogue has indeed been to ensure that we urgently advance in the path of the balancing act which will involve a staged reopening of the economy while controlling the virus spread within the capacity of our healthcare system. This path means saving jobs and livelihoods which are essential for social peace, while imposing strict virus-control measures. (…) An open and honest dialogue will bring about shared solutions. »

Avec les différentes organisations du secteur privé mettant au point leurs “talking points” pour ne pas dire “shipping lists”, les dossiers qui pourraient être abordés sont, entre autres, le poids dans le budget des employeurs de l’introduction de la Contribution sociale généralisée (CSG), présentée comme une nouvelle taxe en remplacement de la contribution au National Pensions Fund, la réouverture des frontières pour l’industrie hôtelière mais surtout ce que sera le post-31 décembre 2020, notamment sur le plan du chômage. Autant de sujets de brûlante actualité à digérer le temps des échanges avec le Grand Argentier…