MONIQUE DINAN

Découvrons en cette période, qui précède Noël, le rôle irremplaçable de Joseph dans la vie de la Vierge Marie et du Christ Jésus. Il est par excellence l’homme parfait, que Dieu a voulu pour aimer, protéger, nourrir et encadrer la Vierge Marie, immaculée de tout péché. Il est le papa dévoué qui s’est occupé de Jésus, le fils de Dieu venu sur terre pour nous parler de Dieu Trinité et pour inviter tous les humains à entrer dans la maison du Père, qui nous attend, et de l’Esprit Saint, qui est amour et charité. Joseph n’a pas été un robot programmé mais il a été l’enfant, l’adolescent, puis l’adulte qui a su, en toute liberté,

Monique Dinan

prendre sa vie en mains pour répondre à 100% à la volonté de Dieu. Il a été, aux yeux de ses contemporains et de toute la chrétienté, par la suite, le meilleur époux que la Vierge Marie pouvait souhaiter pour l’accompagner dans sa vie. Joseph a été le premier à comprendre que le Christ pour venir sur terre, comme tous les humains, a eu besoin d’une maman pour le porter et le mettre au monde. Il a vécu au départ la crucifiante épreuve de retrouver sa fiancée enceinte après les trois mois passés auprès de sa cousine Elisabeth pour l’aider avec son accouchement et les soins à donner à son bébé Jean-Baptiste. Il a fallu qu’un ange vienne rassurer Joseph que sa bien-aimée était toujours vierge et avait de son côté accepté de porter l’enfant-Dieu venu sur terre pour être un homme parmi les hommes. Par la suite, il a pleinement assumé ses responsabilités de chef de famille. Il a pleinement accompli sa mission d’époux et de père. Il a été le protecteur de Marie, lui trouvant une modeste étable, où elle a mis au monde l’enfant-Dieu. Il a su lui offrir le maximum de protection avec les moyens financiers réduits dont disposait le couple. Après la visite des mages, il a dû mener sa petite famille en terre étrangère pour sauver la vie de Jésus quand Hérode a commandé de mettre à mort tous les bébés de la région. Respectant les pratiques religieuses du peuple juif de se rendre à Jérusalem pour la grande fête juive, Maman Marie et Papa Joseph se sont rendus compte que leur fils de douze ans ne les accompagnait pas sur le chemin du retour. C’est après deux jours d’intense angoisse, qu’ils l’ont retrouvé dans le Temple de Jérusalem, discutant avec les grands chefs religieux pour leur parler de l’Ancien Testament. Chef de famille, il a été le gagne-pain de sa famille par son travail de charpentier. Il a assuré les besoins matériels de Marie et de son fils jusqu’à ce qu’il soit rappelé à Dieu ayant accompli à 100% la mission que Dieu lui a confiée.

Prenons le temps de prier Papa Joseph pour notre société mauricienne avec tous les défis auxquels il faut faire face, lui confier l’avenir de notre jeunesse, lui demander de renforcer l’amour et l’unité au sein des couples pour qu’il y ait moins de souffrances, de violence et de divorces. Que des familles solides et honnêtes constituent des fondations solides pour construire l’avenir de notre pays. Maman Marie et l’Enfant Dieu ont eu besoin de Papa Joseph pour mener à bien leur mission sur terre. Prions-le, en ce mois de décembre, de nous apprendre comment vivre notre unique vie d’enfant de Dieu et comment y mettre le maximum d’amour.

La lettre du pape sur Saint Joseph

« PATRIS CORDE » et l’annonce de l’Année Saint Joseph 8 décembre 2020-8 décembre 2021 « Avec un cœur de père : c’est ainsi que Joseph a aimé Jésus »

Voici les titres des 7 chapitres

•Père aimé

•Père dans la tendresse

•Père dans l’obéissance

•Père dans l’accueil

•Père au courage créatif •

Père travailleur

•Père dans l’ombre …

Nous devons apprendre de Joseph le même soin et la même responsabilité : aimer l’Enfant et sa mère ; aimer les Sacrements et la charité ; aimer l’Église et les pauvres. … Saint Joseph ne cherche pas de raccourcis mais affronte “les yeux ouverts” ce qui lui arrive en en assumant personnellement la responsabilité. L’accueil de Joseph nous invite à accueillir les autres sans exclusion, tels qu’ils sont, avec une prédilection pour les faibles parce que Dieu choisit ce qui est faible (cf. 1 Co 1, 27). Il est « père des orphelins, justicier des veuves » (Ps 68, 6) et il commande d’aimer l’étranger… … La figure de Joseph est pour Jésus l’ombre sur la terre du Père Céleste. Il le garde, le protège, ne se détache jamais de lui pour suivre ses pas… … Le bonheur de Joseph n’est pas dans la logique du sacrifice de soi, mais du don de soi. … On ne naît pas père, on le devient. Et on ne le devient pas seulement parce qu’on met au monde un enfant, mais parce qu’on prend soin de lui de manière responsable. Toutes les fois que quelqu’un assume la responsabilité de la vie d’un autre, dans un certain sens, il exerce une paternité à son égard.