Alors que son nom était cité dans le contexte de l’enquête judiciaire sur le meurtre allégué de l’activiste du MSM, Soopramanien Kistnen, le ministre du Commerce et de la protection de consommateurs, Yogida Sawmynaden, participait hier aux délibérations du Conseil des ministres. Au vu des développements survenus depuis le début de la semaine, notamment le déballage en règle du frère du ministre, Koomadha Sawmynaden, la « relation complice » entre Soopramanien Kistnen et l’élu MSM de la circonscription No 8 (Moka/Quartier Militaire) tient la vedette à l’Hôtel du GM et surtout dans les rangs des Top Chefs de Lakwizinn du PMO.

Des indications émanant de sources concordantes à l’issue de la Cabinet Meeting d’hier laissent entrevoir que la controverse s’accentuant autour du colistier du Premier ministre et leader de L’Alliance Morisien, Pravind Jugnauth, n’aurait pas été abordée formellement lors de la réunion d’hier mais en aparté entre certains Senior Ministers. On laissait entendre que Yogida Sawmynaden aurait fait part à ses collègues qu’il n’a rien à se reprocher en ce qui concerne le décès de Soopramanien Kistnen. Le ministre MSM aurait également soutenu qu’il remettait la Constituency Clerk Fee, enregistrée au nom de Simla Kistnen, à son ancien proche collaborateur.

Au niveau du Prime Minister’s Office, avant et après les délibérations du cabinet ministériel, on laissait entendre qu’on ne peut émettre des conclusions hâtives sur cette affaire mais que cette « relation complice » entre le ministre Sawmynaden et Soopramanien Kistnen devrait être tirée au clair au vu des nouveaux éléments versés aux dossiers d’enquête.
Après sa participation à la réunion du conseil des ministres hier, Yogida Sawmynaden n’est pas sorti du Batiment du Trésor par la porte principale. En revanche, sa colistière au No 8, la Vice première ministre Leela Devi Dookun-Luchoomun a été parmi les derniers membres du gouvernement à quitter le PMO. Les dessous de cette affaire commencent à délier des langues dans le camp du MSM dans la circonscription du PM, des principaux agents confirmant « la proximité » entre les deux hommes sur le terrain politique. L’on affirme toutefois que Soopramanien Kistnen, connu comme « zom Yogida » dans la circonscription du PM, trainait des dettes contractées dans le cadre de l’obtention de plusieurs contrats avec des proches du pouvoir.