• Le syndicaliste Reeaz Chuttoo (CTSP) : « Nous forcerons le GM à revoir sa décision »

Le taux de contribution pour le Portable Retirement Gratuity Fund (PRGF) a été ramené à 4.5% contre 4.8%. Les employés percevront une compensation équivalente à 15 jours par année de service. C’est ce que confirme le ministre du Travail, Soodesh Callichurn. Joint au téléphone, le ministre devait confirmer qu’un comité technique s’est réuni au siège de son ministère pour calculer ce taux. Ce comité, apprenons-nous, comprenait des hauts cadres de la Fonction publique, des experts ainsi que des représentants des employeurs et employés. « Le taux de contribution pour le PRGF sera de 4.5% et aucun employé ne percevra une compensation équivalente à moins de 15 jours par année de service. Le taux établi est de 4.5% et à aucun moment, il n’a été revu à la baisse », a indiqué le ministre.

Pour rappel, tout employé du secteur privé possède un compte au PRGF depuis le 1er janvier 2020. L’objectif du fonds consiste à offrir une compensation équivalant à 15 jours par année de service aux employés pour toutes les années de service dans le privé, indépendamment du nombre d’emplois qu’ils ont changé. Les syndicats ont longtemps lutté pour que le PRGF entre en vigueur. Toutefois, ils avaient proposé un taux de contribution variant entre 5.5% et 5.8%, un taux trop élevé pour les employeurs du secteur privé.

Sollicité pour une réaction, Reaz Chuttoo, de la Confédération des travailleurs des secteurs public et privé, maintient que le taux de contribution devrait être au-delà de 5%, dans l’intérêt tant des employés que des employeurs. « Le taux de contribution de 4.5% posera problème dans les entreprises où existent des accords collectifs. Si une personne perçoit un salaire de Rs 10 000, la contribution sera tellement faible à l’expiration de son contrat que l’employeur sera obligé d’offrir un ‘top-up’. Or, si le taux de contribution était plus élevé, le surplus pourrait revenir aux employeurs », explique-t-il.

Par ailleurs, Reaz Chuttoo parle d’un « lobby féroce » du patronat pour revoir à la baisse le taux de contribution à 4.3%. « D’ailleurs, le gouvernement a revu le taux de contribution de 4.8% à 4.5%. Il n’avait pas le droit moral de le réduire. » Et le syndicaliste de poursuivre : « Au niveau du CTSP, nous estimons que ce taux n’est pas suffisant. Nous ne comptons pas rester les bras croisés. Nous continuerons à faire de la pression. Nous évaluerons le montant accumulé au bout d’un an ou deux ans et à partir de là, nous prendrons les actions nécessaires. Nous forcerons le gouvernement à revoir le taux de contribution au PRGF. »

Ce dernier ajoute que le taux de contribution proposé par les syndicats, notamment plus de 5%, aurait été idéal non seulement pour les employés mais aussi pour les employeurs. « Malheureusement, les employeurs n’ont pas réfléchi aux conséquences. Ils risqueront de payer plus que le montant accumulé au PRGF », dit-il.