Le secrétaire général de la Fédération mauricienne de Basket-Ball (FMBB), Bennon Soobiah, a été suspendu pour une très longue période de toute activité liée à la discipline. Généralement, lorsqu’on prend 10 ans, plus précisément devant une Cour de justice, c’est parce que la faute qui est imputée à l’accusé est très grave. Ce genre de sentence est surtout réservé aux criminels, notamment trouvés coupables dans des cas extrêmes, soit meurtre ou viol avec préméditation.
Aussi, on ne décide pas, au pied levé, de priver un citoyen de ses droits fondamentaux et de sa liberté surtout, si on n’est même pas sûr des faits qui lui sont reprochés ou encore de la gravité de ses actes. La justice devant faire preuve d’impartialité et non trouver son socle dans le sentimentalisme ou autre forme de sanction démesurée.
Au même titre, mais dans un autre domaine, cette fois, une sanction sportive, peu importe sa sévérité, doit pouvoir être expliquée et justifiée. Or, dans le cas de Bennon Soobiah, des doutes subsistent après la lecture des charges qui lui sont imputées.

La question qu’il faut désormais se poser, sur l’autel des principes, est de savoir si Bennon Soobiah méritait réellement une sanction aussi sévère que celle là ? Car autant que nous le sachions, il n’a pas été impliqué dans une affaire grave de malversation ou de détournement de fonds. Et encore moins d’avoir agressé un de ses collègues dirigeants ou arbitre. Alors, pourquoi autant de sévérité à l’adresse d’un membre et, de surcroît, un ancien arbitre international qui a consacré 20 ans de sa vie au basketball ? A moins que la FMBB juge sa faute de très grave !
Que lui reproche-t-on justement ? D’avoir convoqué une réunion le 29 août 2019 sans le consentement du président de la fédération, Hedley Han, d’avoir jeté le discrédit sur le président et les membres du comité directeur et qu’entre autres, son « deliberate and shameful act of misbehaviour and misconduct », lors d’une réunion du comité directeur en février dernier, a terni l’image de la fédération.
Dix ans de suspension ? Pourtant, un sportif de haut niveau est suspendu, minimum deux ans dans un cas confirmé de dopage ! La faute de Bennon Soobiah est-elle donc aussi grave que cela ? Oui, selon le verdict approuvé par la FMBB. Contestable pour d’autres. A moins toutefois que la présence de Bennon Soobiah était devenue trop gênante pour certains à la FMBB.
Tout aussi étrange, il est le seul à en assumer les conséquences. C’est du moins ce qu’a conclu le comité disciplinaire, présidé par Ranjit
Jokhoo, avec pour assesseur, Bose Soonarane, aussi bien que les membres de la FMBB. Sauf qu’on aurait bien aimé savoir qui a réellement convoqué la réunion du 29 août 2019 incriminant Bennon Soobiah ? Ou encore qui a présidé cette réunion et de quoi y a-t-on discuté exactement ? De basket-ball et des mesures à prendre dans l’intérêt de la discipline ou de critique à l’égard du président ?
Aussi est-il très important de savoir si Bennon Soobiah a animé une réunion fantôme en ce 29 août 2019 ? Car si tel n’est pas le cas, alors tous ceux qui y ont participé sont aussi coupables d’avoir assisté à une réunion qui est aujourd’hui considérée illégale. A commencer par le vice-président, Gérard Etiennette, qui, en l’absence d’Hedley Han, avait les pleins pouvoirs selon les statuts mêmes de la FMBB !
Ce qui est encore plus révoltant, c’est l’abus d’autorité dont a fait preuve la FMBB en prenant la décision d’interdire l’accès aux matchs à Bennon Soobiah lors des 10 prochaines années ! Une fédération a-t-elle le pouvoir de priver un citoyen de ses droits en appliquant une sanction aussi bancale que cela ? Aussi ridicule que cela puisse paraître, nous ne voyons, en aucune façon, le lien qui peut exister entre les charges qui sont imputées au principal concerné et l’accès aux matchs en tant que membre du public.
Visiblement, la FMBB n’a pas mesuré l’ampleur de sa décision et elle aura désormais à assumer les conséquences. D’autant que le gymnase n’est pas la propriété de ses membres, mais bien celle de l’Etat mauricien et qui plus est, géré par le Mauritius Sports Council. En tant que contribuable donc, Bennon Soobiah a tous les droits d’assister aux matchs, n’en déplaise aux membres de la FMBB.
Au final donc, il n’y aura pas d’appel. Même si l’ancien secrétaire général estime n’avoir rien à se reprocher. En revanche, ceux qui ont appliqué la guillotine de manière plus qu’exagérée auront à répondre de cela. D’autant que nous avons des doutes quant à la sincérité de cette décision. Les faits le prouvent d’ailleurs : la sentence prononcée n’est pas proportionnelle aux charges imputées à l’accusé. Et cela, c’est très grave.