Le gouvernement est sérieusement secoué par la multiplication des affaires, à tel point que son leader est obligé de faire appel à son père pour le défendre dans une interview « arrangée ». Au lieu de capitaliser sur ce mécontentement général, qui s’est amplifié avec la non indexation de la compensation salariale sur les pensions, l’opposition parlementaire compte organiser une manifestation citoyenne le 13 février. Ce sera donc la principale activité de l’opposition depuis le début de l’année. Il faut, donc, quinze jours à l’opposition parlementaire, qui affirme être composée des « plus grands partis du pays », pour organiser une manifestation contre le gouvernement. Et qui plus est, cette opposition parlementaire a décidé de coopter dans ses rangs Roshi Badhain, leader du Reform party. Ce qui fait que, désormais, l’opposition parlementaire compte dans ses rangs un partenaire non parlementaire et la bagatelle de cinq leaders puisqu’aux leaders du PTr, du MMM, du PMSD et, désormais, du RP, il faut ajouter le leader officiel de l’opposition parlementaire. Comme si cela ne suffisait pas, l’opposition a également demandé à Bruno Laurette un coup de main pour organiser la manifestation du 13 février. Il est vrai qu’en matière d’organisation de manifestations citoyennes, Laurette compte à son actif les marches de Port-Louis et de Mahébourg. Marches auxquelles les leaders politiques avaient été invités. Est-ce que l’invitation à Bruno Laurette de « join the band » est une simple politesse, une figure de bal rann zarico ou est-ce que cette invitation traduit la grande crainte des leaders des « plus grands partis du pays » : ne pas pouvoir rassembler une bonne foule ?
Et pendant que le PTr, le MMM, le PMSD et le RP se lancent dans l’organisation de la manifestation citoyenne, un autre groupe, qui occupe la une des médias, organise aujourd’hui sa premier meeting à Quatre-Bornes. Il s’agit de ce collectif d’avocats qui, depuis quelques semaines, défend au niveau légal ceux qui s’estiment victimes d’une façon ou d’une autre du pouvoir, et ils sont nombreux. Petit à petit, au cours des mois écoulés, ces avocats ont réussi à prendre la place généralement réservée à l’opposition dans le débat public. Quand les internautes se font arrêter, quand les menaces sont faites sur les réseaux sociaux, quand la police se montre trop en faveur du pouvoir, ce sont ces avocats qui prennent les choses en main et surtout font savoir ce qu’ils sont en train de faire sur les radios privées et dans la presse. Du coup, au lieu de se tourner vers l’opposition, de plus en plus de Mauriciens vont directement voir les Avengers. Ce collectif d’avocats est en train de prendre la place laissée libre par une opposition pas encore remise de sa défaite et qui n’arrive toujours pas à s’organiser collectivement. L’opposition n’arrive pas à donner l’impression qu’elle est réactive, en mouvement, et agit efficacement puisque, comme le soulignait Ram Segoobin, il y a deux semaines, « pour que le leader de l’opposition puisse mettre en pratique une idée, il doit obtenir l’accord de son leader, puis celle des deux – maintenant trois – autres partis. » Par contre, les Avengers, qui ont en leur sein des membres de plusieurs partis politiques, agissent et réagissent rapidement et semblent être assez efficaces. Surtout comparés à la bureaucratie de l’opposition et au fait qu’il faut respecter les égos des leaders, ce qui explique la multiplication des posts, des interviews et des conférences de presse.
Le paradoxe est que le bénéficiaire de toute agitation vaine au sein des oppositions est leur principal adversaire : Pravind Jugnauth. En dépit de la multiplication des affaires et des mauvaises décisions, il peut continuer son petit bout de chemin tranquillement pendant que les oppositions continuent à essayer de s’organiser. Il peut surtout continuer la stratégie de la kwizinn qui est de dresser l’électorat des villes contre celui des régions rurales sur une base communale, d’opposer ce que certains appellent la grande majorité contre les petites minorités, bref de continuer à diviser et à morceler pour se maintenir au pouvoir.

Jean–Claude Antoine