La saison 2020/21 de football ne reprendra pas. Elle a été déclarée “null and void”, le 15 juillet, suite à une décision entérinée par les membres du comité directeur de la Mauritius Football Association (MFA). Il n’y aura donc pas de champions, ni de promus et encore moins de relégués. Tout comme la précédente !

On serait tenté de dire que la Covid-19 a, une fois encore, eu raison du sport roi. Forcément que la pandémie y est pour quelque chose depuis l’arrêt forcé des compétitions le 8 mars. Toutefois, le récit de l’histoire retiendra, en ce 15 juillet 2021, que c’est la MFA qui a volontairement, unilatéralement et brutalement porté le coup de grâce et ce, pour la deuxième fois de suite, aux compétitions locales! Ceux qui nourrissaient un mince espoir de reprise, les joueurs en particulier, ont vite déchanté. Et pour cause !

Les circonstances menant à cet arrêt prématuré des compétitions sont troublantes. D’abord, parce que le président de la MFA, Samir Sobha, affirmait que la fédération a demandé une extension de la saison à la Fédération internationale de Football Associations (FIFA) ! Sauf que le help desk de la FIFA dit n’avoir reçu aucune demande d’extension de la MFA ! Une source au ministère des Sports nous en a fait part tout en précisant avoir écrit à la FIFA pour vérifier, entre autres, la véracité de cette information.

Comment, dans ces conditions, Samir Sobha et ses membres peuvent-ils demeurer sur place et continuer à ternir l’image d’une discipline déjà écornée par d’autres scandales ? Eu égard à la gravité de la situation, ces messieurs doivent rendre leurs tabliers. D’autant que ce n’est, malheureusement, pas la première fois que cette fédération se retrouve au centre d’une polémique ! On s’en tiendra aux deux enquêtes en cours, l’une policière et l’autre à l’Independent Commission Against Corruption (ICAC).

La question que l’on se pose est de savoir pour combien de temps encore le gouvernement, par le biais du ministère des Sports, continuera à tolérer ce genre d’attitude. Pire, ce manque de respect flagrant envers les autorités locales.

Le ministre des Sports, Stephan Toussaint, n’a d’ailleurs pas digéré et encore moins apprécié la démarche de la MFA. Et il l’a ouvertement fait savoir, dans une déclaration, mardi à l’Assemblée nationale, en précisant aussi que la demande pour obtenir une copie de la lettre envoyée à la FIFA est restée lettre morte auprès de la MFA. Et on comprend mieux sa réaction face à l’attitude « je-m’en-foutiste » d’une fédération qui se croit tout permis.

Lui qui s’est personnellement porté garant auprès du gouvernement et du National Communication Committee on Covid-19 pour convaincre à une relance des compétitions. Le ministère mettant même à disposition ses stades, un protocole sanitaire, allant même jusqu’à proposer un soutien, somme toute financier, pour espérer sauver, ce qui pouvait l’être de la saison 2020/21.

Sauf qu’à la MFA, on n’avait pas la même vision, ni les mêmes intentions que le ministère des Sports. D’un côté, Samir Sobha affirme au ministre attendre une réponse de la FIFA pour décider s’il y aura reprise ou pas et neuf jours plus tard, on décide de tout arrêter sans même avoir obtenu de réponse !

Pire. La MFA parle de « ongoing uncertainty of the sanitary conditions » ou encore « the lives and health of all our stakeholders and the nation at large, remains our utmost priority » pour soutenir sa démarche de mettre un terme à la saison 2021/22. Est-ce sérieux alors que la National Communication Committee on Covid-19 a pourtant, lui, donné son feu vert ? Est-ce à dire que c’est la MFA qui décide désormais de la situation sanitaire dans le pays ?

Visiblement, Samir Sobha et ses membres n’en ont cure des efforts du gouvernement pour remettre le football sur de bons rails. Et c’est justement cela le plus révoltant. Cette absence de reconnaissance criante, voire de respect total, envers une autorité pourtant généreuse, notamment envers les clubs, malgré une conformité fédérale à la Sports Act 2016 qui attend toujours d’être rendue officielle !

Rs 38.4 millions y ont été ainsi jetés par les fenêtres avec ces deux saisons déclarées de « blanche ». Est-ce normal alors que le pays est en pleine crise économique? Est-ce surtout décent quand on sait le nombre de personnes qui ont perdu leur travail et ces familles qui peinent à manger à leur faim ? Si Samir Sobha et ses membres sont à l’aise avec cela, et bien nous, cela nous dérange.

Ainsi donc, la MFA a, d’un trait de plume, fait une croix sur la saison 2020/21, alors qu’il ne restait que cinq, quatre et quatre matchs à disputer dans les trois championnats nationaux. Les regards étant désormais tournés vers la prochaine. Un communiqué émis au lendemain de la décision de tout arrêter en atteste. Une série de mesures sanitaires est évoquée. En revanche, pas la moindre information pour savoir si les clubs seront bientôt convoqués en assemblée générale. Cela, afin de dégager une stratégie et surtout veiller à ce que les droits de tout un chacun ne soient plus lésés en cas d’éventuel lockdown. On sait tout simplement qu’un comité sera institué afin de « review all the modalities in place ».

Est-ce à dire que la MFA prendra des mesures en conséquence pour éviter un « jamais deux sans trois » ? Ou se contentera-t-on d’un « bat-bate » en priant qu’il n’y ait pas de troisième confinement ? Ce qui est sûr, c’est que ceux qui ont évité la relégation de justesse par deux fois, peuvent s’estimer heureux, voire même crier victoire. Non pas sur un coup du sort, mais d’un coup de pouce gracieusement donné par une MFA où on semble désormais privilégier des tours de cache-cache au détriment du football.

 

Jean-Michel Chelvan