— C’est encore toi ma… euh… Tante. Quelle bonne surprise !
— Hey toi là ! Depuis quand tu te comportes comme une vulgaire n’importe, comme on dit à Maurice ?
— Tante, qu’est-ce qui te prend ? Pourquoi tu me dis ça ?
— Il me prend que je suis furieuse avec toi. Jamais, au grand jamais, j’aurais cru ça de toi. Je n’aurais jamais cru que tu étais comme ça. Et pourtant, on m’avait dit de faire bien attention avec toi !
— Faire attention avec moi ? Qui t’a dit une affaire pareille sur moi ?
— Pas qu’une seule personne, crois-moi. Et des gens que tu connais très bien, qui savent comment tu es en plus.
— Tu me téléphones et tu cries avec moi pour que je ne sais pas quoi. De quoi est-ce que tu es en train de parler ?
— Et en plus, tu as le toupet de me demander de quoi je suis en train de parler ! Ça qui s’appelle que tu as du culot, ça !
— Ma… tante, je ne comprends rien de ce que tu es en train de raconter. Calme-toi un coup et explique-moi tranquillement ce qui se passe.
— Et en plus tu as le culot de me demander de me calmer. Après ce que tu as fait ! Et tu parles comme si c’est moi qui suis en tort ! Où tu achètes ton toupet toi, hein ?!
— Attends un coup ! Si tu continues à crier, ça ne va pas arranger les choses et tu vas finir par avoir une attaque !
— Mais je ne cherche pas à arranger les choses. Je veux savoir pourquoi tu as fait ça, c’est tout !
— Dis-moi ce que je suis supposé avoir fait pour que tu sois en colère avec moi comme ça !
— Tu fais semblant de ne savoir ce que tu as fait !
— Mais franchement te dire, tante, je te répète que je ne sais pas de quoi tu es en train de parler.
— Je vais te poser une seule question.
— Je t’écoute.
— Pourquoi tu as été raconter ce que j’ai dit sur X et le message qu’elle avait posté par erreur sur internet son neveu qui a un comérage avec sa voisine ? Je t’avais pourtant bien dit que c’était entre nous, non ! ?
— Mais je n’ai rien raconté à personne sur cette affaire-là, je te jure.
— Mais si tu n’as rien dit, comment est-ce que la maman de X est au courant alors ? Il n’y a qu’à toi que j’ai raconté cette affaire.
— Je peux te garantir que je n’ai rien raconté à personne. Encore moins à la maman de X. Tu sais très bien qu’on n’est pas bien depuis longtemps.
— Si tu n’as pas raconté cette affaire, comment la maman de X sait alors ?
— Écoute, tu n’es sans doute pas la seule à être au courant de cette histoire. Ne me dis pas qu’à Melbourne les Mauriciens ne veillent pas les affaires des autres, surtout les affaires de leurs voisins mauriciens !
— La maman de X a foutu un débaisement ici. Elle dit partout que je suis en en train de faner cette histoire en téléphonant à Maurice. Explique-moi un coup comment elle sait que j’ai téléphoné à Maurice si tu n’as rien dit à personne ?
— Vrai même tante, je n’ai pas raconté notre conversation à qui que ce… Aaah, maintenant je comprends…
— Tu comprends quoi, foutour va ?
— Ayo ! Je sais comment la maman de X sait ce que tu m’as dit.
— Mais tu viens de me jurer que tu n’a rien raconté à personne. Comment elle peut savoir si tu n’as rien dit a qui que ce soit ?
— Je te répète que je n’ai pas raconté cette conversation au téléphone. La seule personne à qui j’ai parlé de cette affaire, en passant, est ma maman.
— Ayo papa, tu ne sais pas qu’il ne faut jamais dire une affaire à ta maman, même en passant ! Quand tu fais ça, c’est comme si je faisais une déclaration officielle à la télévision. Elle ne sait pas tenir sa langue et elle adore causer. On dirait que tu l’as bien suivie !
— Hey toi, tu es en train de parler de ta propre sœur là !
— Et crois-moi, je parle en connaissance de cause ! Comme dit le proverbe : on n’est jamais mieux trahi que par les siens !
— Elle n’a pas raconté ça par exprès, pour te faire avoir des ennuis. Tu sais comme elle est, elle cause trop.
— En sachant que ta maman cause trop, tu lui racontes ce que je t’ai dit entre nous !
— J’aurais pas dû. Sorry tante.
— Ta maman est aussi la gazette chiffon bleu que X. Qu’est-ce que tu lui as dit en passant sur notre conversation que tu m’as promis de garder pour toi ?
— Écoute, je lui ai simplement dit que je t’avais eue au téléphone et que X avait fait un gros cake en envoyant un message privé à tout le monde.
— On dirait que ta maman a fait la même chose à Maurice. C’est comme ça que la maman de X est au courant de tout et a envoyé plein de messages ici pour parler en mal sur moi.
— Je suis vraiment désolée tante.
— Mais comme on sait comment X et sa maman sont de grandes palabreuses, ce qu’elles peuvent dire sur moi, je m’en moque. D’autant plus que les affaires sont en train de chauffer avec le neveu de X, sa femme, sa voisine et les parents de cette dernière. Laisse-moi te dire que…
—… qu’est-ce qui s’est passé comme ça ?
— Tu sais, je vais garder ça pour moi. J’ai trop peur que tu racontes ça, en passant, à ta maman. Tu sais ce que les gens ordinaires disent à Maurice…
—… euh… à propos de quoi ?
— Chatte boire du lait chaud enn seul fois !
J.-C. A.