Comment peut-on avancer défendre les valeurs de l’olympisme et se retrouver ensuite à la même table que ceux qui ont perverti certaines de ces règles ? C’est la question que l’on s’est posé après avoir pris connaissance de la tenue d’une rencontre entre les frères de Navacelle, Thibault et Martin, et les membres du Comité olympique mauricien (COM).

Ainsi, apprenons-nous, c’est le Comité international olympique (CIO) qui aurait souhaité la tenue de cette rencontre. Sauf que les deux concernés n’auraient pas dû approuver une telle démarche en prenant en considération la facilité avec laquelle ce COM a osé entraver les sacro-saints principes de la Charte olympique ! Quitte à déplaire au CIO et ce, même si l’idée est, dit-on, de faire entendre raison au président du COM, Philippe Hao Thyn Voon, et à ses membres suivant la succession de décisions hautement contestables depuis l’assemblée générale annuelle de septembre 2020.

Ce faisant, les frères de Navacelle estiment donc pouvoir, d’une façon ou d’une autre, aider à redonner un semblant de crédibilité au COM. Qu’ils en assument désormais la responsabilité! Eux qui sont les arrière-petits-neveux du fondateur des Jeux olympiques modernes, le baron Pierre de Coubertin ! Récemment d’ailleurs, Thibault de Navacelle avait pris la peine de préciser les liens privilégiés qui existent entre sa famille et le CIO.
Il prenait alors la parole à une conférence de presse organisée par le comité de réflexion sur l’assainissement du sport ! Un mouvement qui, précisons-le, est fortement opposé au fonctionnement du COM sous la présidence de Philippe Hao Thyn Voon. L’émergence des clubs et fédérations à caractère douteux fait également partie de ce combat, et à juste raison d’ailleurs.

Sauf que les objectifs de départ des deux frangins semblent avoir été déviés en si peu de temps. Du moins en prenant connaissance des commentaires de Philippe Hao Thyn Voon à un hebdomadaire après la rencontre.

Pourtant, en novembre dernier, Thibault de Navacelle trouvait à dire: «…Les valeurs de l’olympisme sont très importantes et doivent être respectées par les comités nationaux. Or, ce n’est pas forcément ce qui se passe à Maurice. » ! Qu’est-ce qui a donc bien pu changer au point que les frères de Navacelle ne réagissent pas officiellement auprès du comité de réflexion suivant le commentaire tantôt ironique et tantôt révoltant de Philippe Hao Thyn Voon.

Des commentaires pourtant très dérangeants, notamment à l’égard des membres du comité de réflexion et mettant ainsi les frères de Navacelle en situation de porte-à-faux. «…Ils étaient dans le camp de ceux qui se disent ‘amoureux du sport’ et qui ont critiqué le Comité (COM), mais les deux frères ont pu voir que nous faisons notre travail. C’est encourageant d’avoir du sang neuf pour soutenir le COM », faisait alors remarquer Philippe Hao Thyn Voon.

De quel travail parle-t-il donc ? De celui du COM d’avoir perverti les valeurs de l’olympisme et par conséquent, la Charte olympique en certaines occasions ? Peut-être faut-il rafraîchir la mémoire de certains en rappelant comment le COM s’était empressé à vouloir organiser les élections avant celles des fédérations, alors qu’il n’y avait pas urgence ! Quid des raisons bancales avancées ensuite par Philippe Hao Thyn Voon pour soutenir sa démarche ? Il y a également eu le droit de vote enlevé, dans un premier temps, aux athlètes pour élire leurs représentants au sein de la Commission des athlètes du COM. Et ensuite, l’ingérence à vouloir choisir le représentant de la boxe à la place de la fédération concernée !
Sans la détermination du président de l’Association mauricienne d’Athlétisme, Vivian Gungaram, dans les deux premiers cas, et l’intervention du CIO, il n’aurait pas été possible de mettre un frein à cet excès de zèle. Heureux sommes-nous de n’avoir pas fléchi dans cette bataille d’idées, notamment aussi pour que justice soit faite dans le cas du représentant de l’Association mauricienne de Boxe.

Libre donc aux frères de Navacelle de penser pouvoir aider le COM à travers leur démarche. Sauf qu’il ne faut tout de même pas oublier que c’est d’un comité réfractaire aux changements dont il est question ! Les preuves ne manquent d’ailleurs pas depuis septembre 2020. Malheureusement messieurs, le temps a fini par démontrer que vos convictions — en décidant de vous associer à ce COM — sont loin de rejoindre les valeurs auxquelles le sport mauricien aspire.

Le changement à la sauce de Navacelle-COM ne convainc donc pas. Certainement pas après de récents événements que nous ne sommes pas en mesure de cautionner. Cela, contrairement à d’autres ! Il n’y a également qu’à voir la façon dont certaines fédérations sont administrées par certains proches de Philippe Hao Thyn Voon pour se faire une idée des réels intérêts de la situation.

Aussi, on ne comprend pas pourquoi le CIO a souhaité une médiation, au lieu de sanctionner un comité qui a largement dépassé les bornes ! En somme, ces écarts demeureront impunis. C’est à se demander, dans ces conditions, si la démarche du CIO de recadrer le COM n’était pas là qu’un trompe-l’oeil ?

Ce qui est sûr toutefois, c’est que le COM, version Philippe Hao Thyn Voon, a encore de beaux jours devant lui. Cela, malheureusement, avec la bénédiction du CIO et des frères de Navacelle maintenant ! Les valeurs de l’olympisme dans tout cela ? Forcément ailleurs…