Le Premier ministre, Pravind Jugnauth, a donné un semblant d’élément de réponses “regarding alleged cases of malpratices at the MFA”, mardi à l’Assemblée nationale. Finalement, dira-on, même si nous ne sommes pas totalement convaincus du contenu ! Cela, à une question du député de l’Opposition, Franco Quirin, qui voulait savoir où en était l’enquête concernant les “alleged fraudulent practices at the Mauritius Football Association”, en lien aux transferts de joueurs malgaches à Cercle de Joachim, lors de la saison 2029/2021.

Ainsi, apprenons-nous de la bouche de Pravind Jugnauth, que le CCID « is investigating further into the case with a view to establishing any criminal offence which may have been committed », mais aussi : « I can say again that the inquiry is ongoing and, of course, if ever it discloses a criminal offence, the matter will be referred after inquiry to the DPP for appropriate action. » Tant mieux dira-t-on sur la place publique.

Sauf que, cette fois, on a du mal à suivre le Premier ministre, notamment en analysant de plus près sa déclaration. Contrairement à la ligne dure adoptée il y a tout juste une année devant ce même Parlement. Tout simplement contrastant ! Lui qui avait pourtant rappelé à l’ordre l’Association mauricienne de Volley-Ball et qui n’avait surtout pas hésité à qualifier la démarche de rétablir Kaysee Teeroovengadum comme secrétaire « d’inappropriée et qui va à l’encontre de la bienséance morale. » Cela, en prenant en compte que ce dernier fait toujours face à une Cour de justice étrangère dans le cadre d’une affaire d’attouchement sexuel allégué sur une athlète mauricienne !

Le ton n’y était définitivement et malheureusement pas le même cette fois. Beaucoup moins sévère, voire trop même. Et certainement pas à la hauteur de la gravité de la faute qui est reprochée à Cercle de Joachim et à la MFA. Certes, Pravind Jugnauth a essayé de faire preuve de détermination lorsqu’il s’est appesanti sur le déroulement de l’enquête policière en cours. Sauf que presqu’une année plus tard, nous sommes estomaqués d’entendre «  the enquiry is still ongoing… » !

En somme, il faudra encore patienter. Pour combien de temps encore ? Difficile à dire ou encore moins à prévoir. Même si ceux qui sont dans le secret des Dieux parlent, eux, de développements imminents. Ce qui est sûr toutefois, c’est que les autorités locales sont bien au courant d’un rapport émis par le Disciplinary Committee de la Fédération internationale de Football Association (FIFA). Le Premier ministre en a, du reste, fait état dans sa réponse, mardi.

Or, ce qui nous chiffonne, c’est qu’à l’issue des travaux de ce comité disciplinaire – pas ces comités de pacotilles locaux qui suspendent injustement et arbitrairement – Cercle de Joachim et la MFA ont été trouvés coupables d’avoir enfreint un règlement sacrosaint. Un de ces mêmes règlements considéré de très important par la FIFA, notamment dans son combat contre la fraude et la corruption, mais aussi dans un souci de rendre les transferts internationaux encore plus transparents.

Malheureusement, Cercle de Joachim, club que représente Samir Sobha comme président de la MFA, y ont fait fi de cela ! Cinq transferts de joueurs étrangers y ont été effectués « outside TMS (Transfer Matching System) without ITC (International transfer Certificate) » ! Conséquence : 10 000 francs suisse d’amende à chacune des deux parties concernées. Ce qui n’est quand même pas rien en jugeant que c’est la FIFA qui a sévi.

Le plus grave —  si certains l’ignorent —c’est que c’est un document pas reconnu, donc pas approuvé par la FIFA, qui a été remis aux autorités locales lors de la procédure menant à l’obtention d’un permis de travail à ces étrangers. Une grave entorse aux lois du pays en considérant que ces joueurs ont foulé le sol mauricien, alors que tel ne devait être le cas ! La sécurité du pays n’a-t-elle pas été, quelque part, mis à l’épreuve dans ces conditions ? N’était-ce pas suffisant pour que les autorités sévissent au plus vite, alors que la FIFA a, elle, tranché depuis mai 2021 ? Sans oublier que Samir Sobha a, lui-même, reconnu, lors d’une interview fin 2020, que : « Wi mo panse nou ena enn par responsabilite dan seki finn pase. » !

Ce qui est sûre, c’est que des étrangers ont pu passer l’immigration sans tous les documents requis ! Et ça, c’est très grave pour une République comme la nôtre, n’en déplaise à certains. Certes, le Premier ministre a essayé de se montrer rassurant en évoquant la nouvelle demande rejetée de …Cercle de Joachim en décembre 2020 par le ministère du Travail.

Reste que la lenteur avec laquelle se déroule cette enquête interpelle sérieusement. Est-ce à dire que la MFA est intouchable ? Ou encore que « some are equal but some are more equal than others » comme pour reprendre George Orwell ? Aussi, on ne comprend pas la décision de Pravind Jugnauth d’évoquer Interpol. Etait-ce une façon de noyer le poisson ? Quoiqu’il en soit, on n’y en trouve pas l’importance vu que la FIFA a déjà sévi et que les contrevenants n’ont pas fait appel. Donc, cette affaire ne concerne que Maurice et personne d’autre.

Que décideront désormais les autorités locales ? Finiront-elles enfin par trouver celui ou ceux qui ont gravement fauté dans une affaire ? Où se contenteront-ils, à nouveau, d’un «  the enquiry is still ongoing… » ?