Cher Monsieur Steven Obeegadoo,

Monsieur le Deputy Prime Minister,

L’augmentation considérable des cas de CoViD-19 et de ses conséquences doit nous amener à repenser l’approche globale de la gestion de ce virus sur le plan administratif, au-delà de la prise en charge médicale, dans le cadre de la réouverture nécessaire sans quarantaine de nos frontières.

Aujourd’hui, le monde s’accommode du coronavirus et nous devons en faire de même.

La stratégie d’empêcher au maximum l’entrée du virus a pu fonctionner bien qu’elle ait coûté cher à notre économie.

Nous ne pouvons plus, et les faits sont là, poursuivre avec cette stratégie.

Il y a lieu alors de réfléchir, de manière non partisane, à une stratégie de rechange, sur la gestion administrative du virus.

L’expérience a amplement montré que deux éléments permettent de combattre efficacement le virus.

D’abord, il s’agit de l’utilisation du gel hydroalcoolique, en réalité de l’alcool supérieur à 70° ou le lavage des mains. Pour cela, j’invite le Gouvernement à mettre et faire mettre massivement du gel hydroalcoolique, de qualité, à la disposition du public : dans toutes les boutiques et administrations et même chez les vendeurs dits ambulants. Avoir constamment les mains désinfectées permet d’empêcher efficacement la propagation du virus.

L’utilisation du masque chirurgical et/ou FFP2 (dit bec de canard) doit être facilitée et être à la portée de tous. Le masque en tissu n’offre pas la protection nécessaire et doit être délaissé.

Le Gouvernement doit subventionner le prix d’achat tant du gel hydroalcoolique que du masque chirurgical afin que tous les Mauriciens puissent les utiliser.

Parallèlement, il y a lieu de sensibiliser davantage les Mauriciens à ces réflexes devenus gestes barrières. Pour cela, il faudrait faire appel à nos influenceurs médiatiques, dont les chanteurs, stars, animateurs etc.

S’agissant de la vaccination, nous devons bien entendu offrir aux Mauriciens le meilleur des vaccins sur le marché pour une efficacité optimale. Le vaccin Pfizer offre une protection supérieure. C’est ce vaccin, sauf contre-indication particulière, qui doit être administré aux Mauriciens et renouvelé tant que cela soit nécessaire. La stratégie d’administrer de divers vaccins au fil des dons venant des pays amis n’a pas offert une protection égale à toute la population et n’est pas compatible avec le principe d’égalité dans une République.

Telle doit être, à mon sens, la nouvelle approche politique et administrative de la gestion du coronavirus pour le bien-être de nous tous.

En souhaitant une bonne réussite de l’ouverture de nos frontières, je vous prie d’agréer, Monsieur le Deputy Prime Minister, l’expression de mes sentiments les plus patriotiques.

PADMA UTCHANAH

Présidente du Ralliement Citoyen pour la Patrie