L’ASSEMBLÉE SOLIDAIRE DU 13 JUIN

(fruit des échanges du Kolektif Konversasyon Solider)

Nous tenons notre manifestation pacifique à Port-Louis, samedi 11 juillet, à midi. Joignez vos voix à toutes celles qui n’ont pas été considérées pendant et après le confinement. Apportez votre amour pour la vie et la liberté. Notre avenir est en péril.

Le confinement de Covid-19 nous a donné l’occasion de réfléchir de nouveau sur nous-mêmes, nos vies, nos libertés, la démocratie, notre société, notre relation avec les autres et la nature. Beaucoup s’attendaient à ce que le gouvernement s’inscrive dans des Assises citoyennes nationales, pour discuter du :

Comment faire face à la crise du chômage et la crise sociale dans l’immédiat ?
Comment s’organiser pour faire face à une deuxième vague du Coronavirus ?
Comment établir un programme de transition qui ferait place à une “Planification économique solidaire et écologique” pour avancer vers une nouvelle société mauricienne où la vie se trouve au centre de tout et où il fait bon vivre ?
Comment vivre une vie débarrassée de violence, de peur et de brutalité ?

Malheureusement, le gouvernement, l’État et les gros capitalistes ont imposé leur diktat et ont empêché toute réflexion alternative d’émerger. L’excuse Covid-19 a été utilisée, pendant le couvre-feu sanitaire, pour infliger des mesures barbares que sont la Covid-19 Act, la Quarantine Act et le Budget 2020.

Le gouvernement et quelques gros milliardaires de l’oligarchie économique, qui financent tous les gouvernements avant les élections, ont pris le pays et le peuple ‘en otage’. Ils font porter le fardeau de leur crise que la Covid-19 n’a fait qu’accélérer.

• Plusieurs droits ont été enlevés aux travailleurs dans la Covid-19 Act qui :

facilite le licenciement dans plusieurs secteurs, et permet aux patrons de payer des salaires plus bas ;

permet aux patrons d’enlever 15 jours de congé payés aux travailleurs pour les 18 prochains mois ;

ne protège plus les conditions d’emploi quand une compagnie change de main.

abolit la “Night Shift Allowance”.

attaque les droits des travailleurs dans les services essentiels pour ce qui est des négociations collectives.

• Les contrats de travail des employés du secteur public sont attaqués à travers le renvoi du PRB, et les congés payés ne sont plus remboursés.

• La Covid-19 a été utilisée pour démanteler le droit du peuple à une pension de vieillesse universelle à l’âge de 60 ans, et la promesse électorale d’une pension de vieillesse à Rs 13 500 a été rompue.

• Le NPS est aboli, et un Fonds de pension CSG, qui n’a jamais été au programme gouvernemental, est mis en place de façon unilatérale.

• La roupie fait l’objet d’une dépréciation, les prix montent. La vie sera beaucoup plus chère.

• Ils dilapident les fonds publics, auxquels contribue le peuple à travers les taxes. Les réserves de la Banque centrale sont prises d’assaut pour subsidier par milliards des patrons de grosses entreprises qui ne consentent à aucun sacrifice.

• La loi a été amendée pour faciliter l’invasion/colonisation des riches milliardaires étrangers pour affaires dans les “Smart Cities” et les bungalows de luxe.

• La Covid-19 Act a été votée pour installer une forme de dictature, s’il y a une nouvelle pandémie de Coronavirus.

• Le pays se fait ébranler par de gros corrupteurs.

Qui est invité à la Manifestation du samedi 11 juillet ?

Toute personne, organisation de nature syndicale, politique, sociale sont invitées à participer à la manifestation du 11 juillet pour les valeurs, les visions et revendications faites plus haut. Cette manifestation se veut un rassemblement non-communal, non-raciste, non-sexiste: c’est une action citoyenne, des travailleurs et des gens défavorisés.

L’initiative de cette manifestation en revient à l’Assemblée Solidaire, dans laquelle plus de 300 représentants de divers mouvements de différente nature et citoyens ont pris part. Cette assemblée étant le fruit des conversations du Kolektif Konversasyon Solider, qui a émergé pendant la période de confinement de la Covid-19, qui s’était battu contre la Covid-19 Act et la Quarantine Act en mai 2020.

Que réclamera-t-on le samedi 11 juillet à Port-Louis?

Pour la classe des travailleurs :

• La protection de l’emploi, du salaire et de la retraite.

• Le retour des droits enlevés dans la Covid-19 Act.

• La mise sur pause de l’altération du système de pension de vieillesse NPF et le respect du mandat électoral.

• Des remerciements à tous les travailleurs ayant œuvré pendant le confinement à travers une allocation équivalente à un mois de salaire.

• Le contrôle plus rigoureux des commodités essentielles et la fin à tout monopole les concernant.

L’utilisation des fonds publics dans l’intérêt public. Là où l’argent public est utilisé, il faut :

• Une garantie légale contre la perte d’emploi pendant une certaine période de temps.

• Qu’un représentant de l’État et des travailleurs soit élu dans le Conseil d’administration.

• Qu’il y ait arrêt de tout projet qui nuise à l’écosystème naturel.

• Un gel sur les distributions de dividendes.

• Les banques auxquelles les compagnies privées devaient de l’argent avant la crise de Covid-19 devront accepter une renégociation de leurs dettes.

Pour la solidarité nationale

• Introduction immédiate d’un salaire universel de Rs 12 500 à tout.e citoyen.ne sans emploi ;

• Exemption sur le paiement des factures de services publics pour 6 mois pour ceux ayant perdu leur travail ;

• Introduction d’un impôt sur la fortune avec un système fiscal progressif pour assurer une réelle solidarité nationale.

Pour renforcer le secteur public afin de protéger la vie

• Consolider l’État providence en opposition à la privatisation ;

• Remplir tous les postes publics laissés vacants dans le Budget ;

• Investir dans le secteur public, surtout ceux s’occupant de la vie, de la santé et de la qualité de vie des citoyens et travailleurs ;

• Aucune discrimination ne peut être tolérée dans les services publics.

Pour faire face à une nouvelle pandémie dans l’avenir

• Amender la Quarantine Act, pour éliminer l’ingérence du Premier ministre et du Commissaire de Police dans les décisions sanitaires et de santé publique;

• Reconvertir les peines légales de façon à ce qu’elles soient plus raisonnables et proportionnelles;

• Mettre en place une Commission nationale avec l’opposition parlementaire/extra-parlementaire et autres forces syndicales, sociales, femmes, jeunes et citoyens.

Pour replacer la vie et la solidarité, les droits humains et la nature au centre de la société

• Tous les droits économiques, sociaux, culturels tels qu’ils sont reconnus par les Nations unies (comme le droit à un logement, un emploi, une sécurité sociale, l’eau et l’hygiène, une éducation, la nourriture) doivent être inscrits dans la Constitution du pays ;

• Les droits de la nature, la biodiversité, les terres agricoles doivent être protégés et considérés comme des ‘commons’ dans la Constitution ;

• Reconnaître l’esclavage comme un crime contre l’humanité dans la Constitution et adresser toutes ses séquelles ;

• Création d’une Cour constitutionnelle.

Pour redéfinir une politique de tourisme alternative

• Que toute construction d’hôtel soit mise sur pause et qu’une restauration écologique soit entamée là où c’est nécessaire. Qu’une autre forme de tourisme soit encouragée autour des valeurs écologiques, de proximité et de participation des villages et des régions côtières ;

• Que l’industrie touristique soit rendue profitable pour les travailleurs et pour toute production ou commerce lié ! Qu’il y ait un Early Retirement Scheme volontaire et une option pour reconvertir le personnel hôtelier, ou des autres secteurs qui sont devenus obsolètes, dans un vaste programme de transition vers l’agro-écologie et l’agri-solaire pour assurer la souveraineté alimentaire.

Pour la souveraineté alimentaire de qualité, le respect des sols et notre patrimoine naturel.

• Qu’il y ait une réforme du régime terrien et un soutien massif des fonds publics pour l’agro-écologie et l’élevage local !

• Que l’océan soit au service de la souveraineté alimentaire en encourageant massivement les coopératives de pêcheurs !

Pour opposer la recolonisation

• Mettre sur pause les projets de “Smart Cities” et des bungalows de luxe;

• Annuler les mesures budgétaires qui lient le “Permis de Résidence” au “Permis de Travail”.

Pour que le gouvernement fasse des ‘Assises citoyennes nationales’ au sein de chaque circonscription

• Pour tirer des leçons de cette crise de Covid-19 et promouvoir une nouvelle vision nécessaire qui se voudrait une réorganisation d’une nouvelle société mauricienne où il fait bon vivre, tout en se préparant à l’éventualité d’une nouvelle vague de pandémie…

• Pour débattre ensemble de la meilleure façon d’aller de l’avant vers une société fondée sur les valeurs de la vie, la solidarité et la liberté.

L’île Maurice nouvelle doit être construite dans la démocratie participative, et non pas dans l’autoritarisme de l’État et d’une poignée de milliardaires. Samedi 11 juillet, nous avons un rendez-vous avec l’histoire et notre avenir !